Tabassage

Communiqué depuis Puerto I, Cadiz

Salut compagnons,
Du centre de prisonniers de Puerto I, Module II, nous venons de dénoncer et de rendre publique la situation de répression à laquelle nous sommes soumis. La dictature répressive et carcérale présente des tonalités différentes. En une semaine, deux compagnons ont été sadiquement torturés dans l'impunité. Le 14 octobre 2002, après une dispute avec un autre compagnon et alors qu'il allait être emmené au quartier d'isolement, certains gardiens ont commencé à frapper Santiago Fernandez Martinez, tout cela parce qu'un gardien était tombé par terre en les séparant (...) La rage provoquée par cet incident et le pouvoir que lui a délivré l'état lui ont suffi pour torturer notre compagnon. Cela faisait 3 semaines que ce compagnon avait progressé en deuxième degrè et il a été recalé (à nouveau) en premier degré, torturé et sanctionné.
Le 20 octobre 2002, le compagnon Boby allait être placé en isolement quand un groupe de gardiens est entré dans le module, dans le hall téléphonique et s'est mis à le torturer. On a pu se passer l'alerte sur ce qui se passait avec Boby et on s'est mis à la porte, là, on a eu des mots avec les gardiens, mais c'était déjà trop tard : Boby a été en isolement sur une civière. Quand ils nous ont remis en cage, un groupe de gardiens est venu pour emmener le compagnon Gonzalez Gonzalez uniquement parce qu'il leur avait sorti leurs quatre vérités ; eux affirment qu'il a tenté d'inciter les autres à la rébellion ; maintenant, il l'ont rétrogradé en premier degré. Ils ont aussi changé de cellule les Kompas Antonio Jimenez Jimenez et Roberto Carlos Guijarro Esposito et les ont mis dans une autre heure / tour de promenade. Comme vous le voyez, c'est chaud ici, les représailles se sont multipliées, la répression s'étend. Nous menons une forme infra-humaine de vie, nous n'avons que 4 heures de promenade, un jeu de petits chevaux et un d'échecs, mais nous avons du mal à nous évader des problèmes familiaux et autres. Le fait d'être soumis à une tension continue laisse les problèmes s'accumuler et crée une ambiance de discorde parmi nous. Tout cela a été porté à la connaissance du juge de V.P qui est le seul à pouvoir résoudre cette situation.
Ici, nous somme plusieurs Kompas engagés dans la lutte revendicative pour l’abolition des FIES, la liberté des malades incurables , la liberté de ceux qui ont accompli 20 ans ou les 3/4 de leur peine, le regroupement et la fin de la dispersion pour purger sa peine dans sa région ; engagés dans une grève la première semaine du mois et un jeûne chaque premier week-end du mois.
Recevez d'ici un salut révolutionnaire, spécialement les prisonniers FIES ou en régime d'isolement et les groupes, collectifs ou organisations libertaires.

SALUT ET LIBERTE - DEMOLITION DES PRISONS.

Quelques uns des nôtres : Boby M.V, Santiago Fernandez Martinez M.I, Moisés Santiago Santiago M.I, Pedro Escudero Gallardo M.I, Ivan Gonzalez Gonzalez M.I, Tomas Rodriguez Espinosa M.I, Roberto Carlos Guijarro Esposito M.II, Guillermo Garcia Arencibia M.II, David Salmeron Sanchez M.II, Antonio Jimenez Jimenez M.II, Rafael Jimenez Jimenez M.II, Diego Nunez Nunez M.II, Juan José Palomares M.II, Ivan Fernandez Hidalgo M.II, Alfonso Garcia M.III, Isaac Lainez MII, Fernando Nunez Eridia M.II, Antonio Juan Lobello M.II, Sergio Picasso M.II.

[Extrait de la brochure #4 de TLMD, mai 2003, p.31]