" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Algérie : incendie d’urnes et saccages de bureaux de vote
Article mis en ligne le 18 avril 2014
Imprimer

13 h 52, AFP Des incidents ont émaillé jeudi l’élection présidentielle en Algérie, notamment à Bouira, au sud-est d’Alger, où des heurts entre gendarmes et habitants hostiles au vote ont fait une quarantaine de blessés, a-t-on appris de sources locales. Ces incidents ont éclaté peu après l’ouverture des bureaux de vote à 7 heures, quand des groupes de jeunes ont saccagé des urnes dans des centres de vote des localités de Raffour, M’chedellah et Saharidj, ont précisé ces sources. Les gendarmes ont usé de grenades lacrymogènes pour disperser les protestataires qui voulaient empêcher les électeurs de voter. Les affrontements, qui ont fait 41 blessés dont 28 gendarmes, ont entraîné une interruption momentanée du vote dans ces trois localités, selon les mêmes sources.


Béjaïa : Incendie du centre de vote à Tichy, saccage à Ait Rzine

El Watan, 17.04.14 | 12h09

Le premier incident de l’élection présidentielle a eu pour théâtre la localité de Baccaro à la sortie est de la ville de Tichy.

Il était environ 23h hier, quand plusieurs dizaines de jeunes, selon des témoins oculaires, ont convergé vers le centre de vote situé a l’intérieur du CEM Mammeri Allaoua pour y commettre des dégradations en mettant le feu notamment à la loge du gardien, au bâtiment administratif ainsi qu’à la cantine où des denrées alimentaires ont été dérobées.

Les quatre policiers qui gardaient l’enceinte n’ont pu opposé de résistance devant la horde de jeunes en furie.

Il aura fallu attendre les renforts des éléments de la sûreté de daïra usant de gaz lacrymogène et de tirs de somation pour maîtriser tant bien que mal la situation.

Saccage à Aït Rzine

Presque le même scénario vécu la veille à Baccaro (Tichy) s’est reproduit dans la ville d’Aït Rzine. Un important groupe de jeunes, quelques dizaines selon une source locale, ont fermé la route nationale n°106 en brûlant des pneus peu après 21h.

Les manifestants se sont dirigés ensuite vers un bureau de vote qu’ils ont saccagé. La route a été ouverte ce matin par les autorités et, selon la même source locale, le vote se déroule en ce moment dans une atmosphère plus ou moins calme.

Béjaïa : 5,33% de participation jusqu’à 10h

Jusqu’à 10 heures de ce matin, 28 198 électeurs ont voté dans la wilaya de Béjaïa donnant un taux de participation de 5,33% sur un total de 529 218 inscrits. C’est le premier taux tombé à 11 heures et parvenu de la cellule de suivi des élections au niveau de la wilaya.

Le vote se déroule, pour le moment, dans le calme au niveau de la ville de Béjaïa, contrairement à quelques localités de l’intérieur de la wilaya où des échos d’incidents ciblant des bureaux de vote nous parviennent.


Bouira, Tizi Ouzou et Béjaïa : 44 gendarmes blessés et des bureaux saccagés lors de violents affrontements

Les Temps d’Algérie, 17-04-2014

Les opérations de vote ont été sérieusement perturbées dans certaines communes des wilayas de Bouira, Tizi Ouzou et Béjaïa, par des jeunes voulant les empêcher par la force.

A Bouira, de violents affrontements ont éclaté, hier, entre manifestants et éléments de la Gendarmerie nationale. Pas moins de 8 centres de vote ont été la cible des actes de saccage dans les communes de M’Chedallah, Haizer et Saharidj, à l’est de la wilaya de Bouira. Deux centres de vote de la commune de Saharidj ont été saccagés par des jeunes.

Des échauffourées ont éclaté dans la matinée entre des unités anti-émeute de la Gendarmerie nationale et des jeunes de la localité de Raffour (M’Chedallah), qui voulaient perturber le déroulement du scrutin présidentiel. Ces jeunes ont affronté les forces sécuritaires de la gendarmerie avec des pierres et des cocktails Molotov.

Au centre-ville de Saharidj (60 km km à l’est de Bouira), des jeunes sont entrés dans deux centres de vote mis en place au niveau de l’école primaire Mohamed-Khider et de la Nouvelle-Ecole, où ils ont commencé à « tout casser », selon des sources sécuritaires. A Raffour, des échauffourées qui avaient éclaté la veille du scrutin entre des unités antiémeute de la Gendarmerie nationale et des jeunes de cette région se poursuivaient dans la matinée. « Parmi ces jeunes figurent notamment des militants du dit Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie », a-t-on précisé de même source.

Dix-neuf gendarmes et 13 manifestants ont été blessés dans des affrontements à Saharidj, selon d’autres sources. Le climat est toujours tendu dans ces régions à l’heure où nous mettons sous presse, alors que dans les autres régions de la wilaya de Bouira, notamment au nord, au sud et à l’ouest, les opérations de vote se déroulent sans incident. Le taux de participation à 14 h était de 15,48%, selon les indications du ministère de l’Intérieur. Rappelons que cette localité renoue ainsi avec son rituel de violence émaillant chaque rendez-vous électoral.

Des bureaux saccagés

A Tizi Ouzou, des urnes du centre de vote d’Azroubar, dans la commune de Mizrana, à 25 km au nord de la wilaya, ont été saccagées à l’ouverture du scrutin présidentiel, mais le vote a repris normalement après leur remplacement. Un groupe de jeunes, qui s’était déjà opposé la veille à la présence des éléments de la Gendarmerie nationale pour sécuriser le scrutin au niveau de ce centre de vote, sont revenus dans la matinée d’hier et détruit des urnes pour empêcher le déroulement du scrutin.

Il est à signaler qu’une foule importante a tenu également un rassemblement au carrefour de Sikh Oumedour, à 7 km à l’est de la ville de Tizi Ouzou. Des banderoles sur lesquelles sont inscrits des slogans exprimant le rejet des élections et appelant à ne pas voter sont brandis par les manifestants.

« Voter c’est trahir » est écrit sur une des banderoles. Des manifestants sur place évoquent l’éventualité d’organiser une marche vers la ville de Tizi Ouzou pour exprimer leur rejet de cette élection.

À Béjaïa, des urnes ont été incendiées par des jeunes vers 1h du matin, dans la commune d’Aït-R’zine. Toutes les urnes ont été incendiées au siège de l’APC de cette localité située au sud-ouest de la daïra d’Ighil Ali. Les autorités locales ont dû remplacer les urnes dès l’ouverture des bureaux de vote. L’opération s’est déroulée sans incident. Par ailleurs, dans les villes de la côte Est, Tichy, Aokas et Souk-el-Tenine, des incidents ont été signalés dans la soirée d’hier. Des habitants de ces régions ont spontanément investi la rue en brûlant des pneus sur la voie publique. Hier, le calme est revenu dans ces trois villes côtières.

De son côté, la Commission nationale indépendante de surveillance de l’élection présidentielle (Cnisep) a enregistré durant la matinée du vote des recours de sept wilayas liés principalement au non-respect du cadre légal du vote, a indiqué son président, Fatah Boutbik. Il s’agit des wilayas de Mostaganem, Bouira, Tizi Ouzou, Béjaïa, Batna, El Tarf et Khenchela, a précisé M. Boutbik lors d’un point de presse, soulignant que les recours « portent sur des incidents liés au non-respect du cadre légal du vote et d’ordre organisationnel ».

Il a expliqué que la Cnisep a enregistré deux recours de Mostaganem et de Bouira, et un recours de Tizi Ouzou, Batna, Béjaïa, El Tarf et Khenchela, relevant, par ailleurs, que « deux bureaux de vote ont été saccagés jeudi à Saharidj et M’chedallah dans la wilaya de Bouira ». M. Boutbik a, par ailleurs, effectué une visite avec des membres de la Commission dans des bureaux de vote à Alger pour s’enquérir du bon déroulement de l’opération de vote.