" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Athènes (Grèce) : manif émeutière et bus cramé
Article mis en ligne le 24 mai 2015
Imprimer

Anarchistes contre police : scène de guérilla urbaine à Athènes

BFMTV, 24/05/2015 à 12h06

De violentes émeutes ont éclaté samedi 23 mai dans le centre d’Athènes en marge d’une manifestation contre l’Union Européenne et ses mesures d’austérité. Quatre cents anarchistes ont tenté d’atteindre l’ambassade allemande. Stoppés par les forces de l’ordre, les plus extrêmes ont alors cherché l’affrontement : ils ont brûlé un bus pour attirer la brigade anti-émeute, leur pire ennemi. Reportage.

Des explosions et de la fumée grise. L’Université Techniques d’Athènes a été le théâtre de violents affrontements entre anarchistes et la police anti-émeute grecque, samedi en fin d’après-midi, à l’issue d’une manifestation près de l’ambassade d’Allemagne. Habillés tout en noir, cagoulés, la quarantaine d’anarchistes retranchés dans l’université a multiplié les jets de pierres, d’oranges et de bombes artisanales sur la centaine de policiers anti-émeute grecs postés derrière leurs boucliers, de l’autre côté de la rue.

L’université est le refuge historique des protestataires. Depuis la fin de la dictature des Colonels, la police n’a plus le droit d’y entrer. Seul leur gaz lacrymogène s’y infiltre. Les larmes aux yeux, chacun s’affaire. Pendant que certains cassent les dalles de la fac à coups de marteau, un groupe prépare les cocktails à base d’aluminium et d’acide chlorhydrique.

"Vous savez, nous les jeunes, on est plein de rage", souffle Jim. Un prénom d’emprunt pour ce technicien de 23 ans au chômage, qui hait les journalistes presque autant que la police, "la main armée du gouvernement." La manifestation anti-austérité a pris fin devant l’ambassade allemande depuis moins d’une heure, mais pour les plus virulents la vraie bataille commence. "Depuis l’arrivée de Syriza, soit-disant de gauche, la seule chose qui a changé pour nous, c’est que les flics nous tabassent moins devant les caméras", glisse, cynique, Jim.

Selon l’institut de statistiques grec, les violences policières ont augmenté de 114% en quatre ans. Mais les émeutes anarchistes perdurent. La plupart de ces radicaux ont passé "de mauvais quarts d’heures" au poste et sont fichés par les services. Alors mieux vaut rester discrets, même sur internet : en bon anarchistes, les rendez-vous se transmettent de bouche à oreille, personne ne connaît le vrai nom de ses camarades, ni leur vie personnelle. "On parle de l’action, on s’entraide, le reste n’a pas d’importance."

"C’est une génération sacrifiée"

Pendant plus d’une heure les deux camps jouent au chat et à la souris. Les anarchistes s’aventurent à l’extérieur des grilles, sur la rue Toussitsa, pour mieux viser les forces anti-émeutes, qui les chargent en guise de réponse. Les brigades anti-émeutes sont la principale cible des anarchistes.

Entre-temps, quelques étudiants, dont les militants de gauche radicale qui préparaient les banderoles de leur prochain concert-débat, ont tous pris la poudre d’escampette. La zone est quadrillée, la circulation détournée, mais journalistes et passants s’attroupent derrière les brigades anti-émeutes. Au milieu de la rue reste la carcasse d’un bus calciné par les flammes. Les anarchistes y ont mis le feu, après en avoir fait sortir le chauffeur.

Cette scène de guérilla au cœur d’Athènes, les Grecs y sont habitués. "Bienvenue en Grèce", rigole presque Makis, propriétaire d’un magasin de meubles du quartier pour qui tout ça, "c’est du théâtre, une manière de détourner l’attention des vrais problèmes.

La violence est pour certains le dernier recours possible. "C’est une génération sacrifiée, explique Philippe Le Bohec, un jeune entrepreneur français installé à Athènes depuis trois ans. Je les comprends un peu ces jeunes. A quoi bon faire des études si c’est pour finir au McDo ? Droite, gauche, extrême gauche, pour eux rien ne change." Les anarchistes resteront là, protégés par les grilles de l’Université jusqu’à ce que la police s’en aille. Ils attendront la nuit s’il le faut. Avant de rentrer dans leur quartier, à Exarchia, là où la police n’ose plus patrouiller en uniforme.