" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Barcelone (Espagne) : manifestation solidaire et émeutière
Article mis en ligne le 14 juin 2015
Imprimer

[Barcelone] Emeute solidaire avec les anarchistes persécutés par l’Etat

Une manifestation “anti-répression” a réuni près de 500 personnes ce samedi 13 juin 2015 [1] à Barcelone : sous le slogan “s’ils nous attaquent pour nos luttes, répondons par la lutte”, elle était appelée en solidarité avec les compagnons incarcérés et persécutés à la suite des opérations ‘Piñata’ (deux d’entre eux sont toujours incarcérés, trois autres sont sortis sous contrôle judficiaire) et ‘Pandora’ et plus globalement contre la répression envers les squats, ainsi que celles et ceux qui luttent contre l’Etat et cette société [2].

Dans la manif, on pouvait lire sur deux banderoles : “Ni baïllonné-es ni domestiqué-es, continuons de lutter !” et “La répression nous aime isolé-es, la solidarité nous rend forts” tout en entendant résonner dans les rues les cris de “Liberté ! Liberté !”.

Présents en grand nombre, les agents de la police anti-émeute des Mossos d’Esquadra ont voulu contrôler et ficher les participant-es au niveau de la plaza de Sants. La réponse à ce coup répressif a été immédiate dans les rues du quartier de Sants et de l’Eixample : plus d’une vingtaine de manifestant-es ont détruit les vitres d’agences bancaires et immobilières, de commerces (dont un salon de beauté), d’un abribus, de trois concessionnaires automobiles (dont ceux de ‘Peugeot’ et ‘Ford’, où il y a eu un départ de feu). Des (A) cerclés et plusieurs slogans ont été tagués sur les façades des commerces.

Les flics des Mossos d’Esquadra ont réussi à scinder le cortège en deux groupes et dissous la marche par une charge.

Six personnes ont été interpellées pour “dégradations de mobilier urbain”. Après avoir passé la nuit au commissariat, elles comparaîtront devant le tribunal lundi matin. La police catalane a annoncé qu’elle continuait l’enquête et que de nouvelles arrestations n’étaient pas à exclure dans les prochains jours.

[Reformulé par Lechatnoiremeutier de la presse espagnole, 14/06/2015]

NdT :
1. Journée internationale de solidarité avec les compagnon-nes persécuté-e-s par l’Etat espagnol.
2. Contre la loi dite du “baillon” (interdiction de manifester), contre les condamnations qui ont plu sur les têtes de manifestant-es “anti-austérité”, etc…