" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Rochefort (Charente-Maritime) : lutte contre l’incinérateur d’Echillais, la mairie repeinte en rouge & dissociation
Article mis en ligne le 15 juin 2015
Imprimer

Rochefort : la façade de la mairie maculée de peinture

Sud Ouest, 13/06/2015 à 12h13

Le rez de chaussée et le bureau du maire ont été ciblés dans la nuit de vendredi à samedi. Un acte à relier avec les crispations autour du projet d’incinérateur ?

Plusieurs employés de la mairie étaient affairés depuis 5 heures ce samedi à nettoyer la façade de l’hôtel de ville.

Elle a été maculée de peinture rouge dans la nuit de vendredi à samedi, "vers 3 heures du matin par deux individus" indique le maire-adjoint en charge du commerce, Gérard Pons, sur place ce samedi matin avec le maire Hervé Blanché.

Les deux élus des Républicains supposent qu’il existe un lien avec les manifestations anti incinérateurs d’Echillais, proches des zadistes, en raison de la cible des projections de peinture : le rez de chaussée et le bureau du maire au premier étage.

"C’est honteux et lamentable. Cela va coûter de l’argent aux contribuables", commentait le maire qui espérait que la façade serait nettoyée avant un mariage célébré cet après-midi.


Mairie de Rochefort dégradée : "cela n’a aucun sens"

Sud Ouest, 15/06/2015 à 07h52

Thierry Kieffer, l’un des porte-paroles des opposants à l’agrandissement de l’incinérateur d’Echillais, se désolidarise du maculage de la façade de l’hôtel de ville

Membre du collectif d’action citoyenne opposé à l’agrandissement de l’incinérateur d’Echillais, Thierry Kieffer "se désolidarise" de la dégradation de la façade de la mairie de Rochefort, maculée de peinture rouge dans la nuit de vendredi à samedi. "C’est sale et cela n’a aucun sens. Nous menons des actions de désobéissance civile mais pas des dégradations ou des actes contre des personnes et des bâtiments."

L’opposant au centre multi filières dit aussi avoir "l’impression que des actes sont estampillés anti-incinérateurs pour nous décrédibiliser" en citant l’exemple d’affichages sauvages à Royan alors imputés à PRA (Pays rochefortais Alert’)


Charente-Maritime : le jardin du maire d’Échillais vandalisé

Sud-Ouest, 27/05/2015 à 07h41

Dans la nuit du 24 au 25 mai, le jardin du maire d’Échillais Michel Gaillot, situé aux Chaumes, à deux pas des jardins familiaux, a été vandalisé. Des pieds de tomates ont été coupés et des artichauts piétinés .

« Il est clair que c’est moi qui étais ciblé, une fois de plus », soupire Michel Gaillot. En effet, aucun autre jardin aux alentours, pourtant tout proches, n’a été l’objet de dégradations. Si Michel Gaillot ne veut pas s’avancer sur l’identité du ou des auteurs, il se déclare toutefois las de ces actes. « Ça devient pénible d’être la cible d’une minorité de gens », s’agace-t-il.

Le 12 mai, l’une des vitres de son domicile avait été brisée par une tomate jetée par un opposant à l’incinérateur lors d’une manifestation.

Michel Gaillot envisage de porter plainte.