" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Opération Piñata : le dernier compagnon est sorti de prison
Article mis en ligne le 21 juin 2015
Imprimer

Le dernier compagnon emprisonné de l’ Opération Piñata sort de prison

Le compagnon qui se trouvait dans la prison de Estremera, Paull, a été remis en liberté aujourd’hui, avec charges et comme les autres en attente du procès.

Après différentes erreurs et négligences bureaucratiques de la part du tribunal et des fonctionnaires compétents pour cette affaire, s’achève ce dernier chapitre des Opérations Policières contre les anarchistes et anti-autoritaires dans l’Etat espagnol.

Nous ne baissons pas la garde, puisque dans cet enchevêtrement d’arrestations et d’incarcérations qui se produisent, Monica et Francisco restent incarcérés en préventive, sans procès et en attente d’une date.

De la même manière, les prisons continuent à être remplies de personnes et de vies enfermées entre quatre murs. Des compagnons anarchistes et rebelles emprisonnées pour lutter contre l’Etat, contre le pouvoir et ce qui est socialement accepté.
Des prisonniers séquestrés pour ne pas être capables ou refuser d’accepter le tissu de lois démocratiques destinées à te qualifier comme citoyen modèle. Des personnes qui voient leur futur se terminer derrière des barreaux pour essayer de se débrouiller.

Que continue la solidarité, l’action et la diffusion anarchistes.

LIBERTÉ POUR LES ANARCHISTES EMPRISONNES
A BAS LES MURS DES PRISONS

[Traduit de l’espagnol de Indy Barcelone, 20 jun 2015]