" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Rivesaltes/Espira-de-l’Agly (Roussillon) : le futur dépôt central des munitions de l’armée pour ses opérations coloniales fait reculer le TGV
Article mis en ligne le 1er juillet 2015
Imprimer

Les services secrets font dévier le tracé du TGV à Rivesaltes

France Bleu Roussillon, Mercredi 24 juin 2015 à 16h34

Le futur TGV Perpignan-Montpellier passera beaucoup plus prés des habitations que prévu dans le secteur de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales). Car les services secrets ont réussi à faire détourner le tracé initial pour pouvoir construire un dépôt de munitions.

Les habitants d’Espira-de-l’Agly seront ravis d’apprendre que si le TGV passe à moins de 150 mètres de leurs maisons, c’est à cause… des services secrets.

Les militaires ont décidé de construire un gros dépôt d’explosifs sur un terrain qui leur appartient au nord de Rivesaltes. Ils souhaitent visiblement rassembler en un seul lieu les munitions qui sont utilisées lors des opérations extérieures, et qui sont aujourd’hui disséminées sur plusieurs sites en France.

Problème : pour des raisons de sécurité, il est interdit de construire des équipements publics à proximité d’un dépôt d’explosif. Or, le projet des services secrets se situe quasiment sur le tracé initialement prévu du TGV Perpignan-Montpellier.

L’Armée a donc obtenu de RFF (Réseau ferré de France) de dévier la voie de quelques centaines de mètres vers l’ouest. Un revirement qui agace singulièrement la commune de Rivesaltes. « Le nouveau tracé cause des nuisances bien supérieures. Mais l’armée refuse de nous écouter » déplore Jean-Pierre Cot, adjoint au maire en charge de l’urbanisme.

Dans la commune voisine d’Espira-de-l’Agly, les conséquences sont encore pires. « Les premières maisons du lotissement Le Clos d’en Cante vont être à 147 mètres de la voie. Au lieu des 300 mètres initialement prévus » se désole le maire Philippe Fourcade.

Avec ce nouveau projet, les services secrets renforcent leur implantation dans les Pyrénées-Orientales. Saint-Laurent-de-la-Salanque accueille déjà un important centre d’écoute, Perpignan abrite le CPIS (Centre Parachutiste d’Instruction Spécialisée), sans compter le terrain d’entrainement d’Opoul. Apparemment, les hommes de l’ombre apprécient le soleil du Roussillon.


Un gigantesque stock de munitions de l’armée bientôt en Roussillon

La-clau, Vendredi 26.6.2015. 19:30h

Depuis 2013 au moins, un projet de construction d’un très grand entrepôt national de munitions est envisagé à Rivesaltes, en plaine du Roussillon.

Les avancées de la préfiguration de la Ligne à Grande Vitesse Perpignan-Montpellier sont l’occasion de dévoiler un projet étranger au transport ferroviaire dans les Pyrénées-Orientales. En effet, les forces armées françaises sont en train d’aménager une base dans le secteur qui devait originellement accueillir une balte TGV. Le site doublement convoité figure sur le cadastre de la commune de Rivesaltes, dans sa portion proche d’Espira d’ l’Agly, au nord-ouest de Perpignan. L’armée y prévoit dans la plus grande des discrétions une base secrète. Cette information a éclos le 25 juin, dans le sillage d’un comité de pilotage du TGV. La mairie de Rivesaltes, naturellement informée des opérations, constate que des fouilles préalables ont lieu, avant la construction d’un gigantesque dépôt de munitions.

Un lieu consacré aux opérations armées spéciales

Ce lieu à caractère national assurera le stockage de l’intégralité des réserves de munitions affectées aux opérations spéciales. L’armée a informé dès 2013 la mairie concernée, mais la révélation des faits a tardé. Le ministère de la Défense, au travers ou pas de la préfecture des Pyrénées-Orientales, ont visiblement économisé les explications concernant les visées de la grande muette.