" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Saint-Sauveur en Rue (Loire) : sabotage d’un projet d’éoliennes industrielles
Article mis en ligne le 18 septembre 2015
Imprimer

[Note : le lendemain, le même journal précisait dans son édition restreinte (réservée aux abonnés), non seulement qu’il s’agit bien d’un sabotage, mais qu’en plus ce mât de mesure est lié à un projet d’éoliennes industrielles : "Projet éolien : le mât de mesure de vent victime d’un sabotage " (Le Progrès, 19/09/2015 à 05:00). Ils n’ont pas pu biaiser l’info longtemps...]

LOIRE. Le mât de mesure du vent vandalisé à Saint-Sauveur en Rue

Le Progrès, 18/09/2015 à 18:33

Depuis mercredi, certains habitants du versant nord de Saint-Sauveur-en-Rue ont pu se rendre compte de l’absence du mât de mesure de vent, sur les Cimes de Taillard, dans le Pilat.

Le vent violent semblait en être la principale cause. Après enquête, il s’avère que certains câbles du haubanage ont été sectionnés au coupe-boulon.

La gendarmerie s’est rendue sur les lieux pour constater les faits. Une enquête est en cours. Les élus des communes sont tous unanimes pour condamner de tels actes.


Et les distanciés de service...
Éoliennes en forêt de Taillard : le mât de mesure a été saboté

Le Progrès, 24/09/2015 à 05:00

Riotord. L’enquête est en cours mais les premiers éléments laissent penser à un acte de vandalisme. Les membres du collectif Protégeons Taillard condamne pareille action.

Avec le sabotage du mât de mesure de vent de 70 m de haut, installé depuis 2012, le conflit entre pro et anti-éoliens semble avoir franchi un nouveau palier. Henri Delolme, président de l’association Protégeons Taillard opposée au projet, condamne ce sabotage.

Que vous inspire cet acte de vandalisme ?

Il faut être très prudent car une enquête de gendarmerie est en cours. D’autant que ça s’est produit un jour de tempête. Est-ce vraiment le résultat d’un acte de vandalisme (l’enquête semble se diriger vers cette piste, des câbles du haubanage ayant été sectionnés, NDLR) ? Mais s’il s’agit bien de sabotage, nous le condamnons fermement. Notre action de défense de Taillard s’est toujours inscrite dans un cadre légal. Le vandalisme serait totalement contre-productif pour notre association. Ça n’aurait aucun sens.

Cet épisode semble être le résultat d’un climat houleux autour du projet éolien de Taillard ?

Depuis plusieurs années maintenant, il y a des échanges d’arguments entre les promoteurs de l’éolien et nous. Des échanges qui sont toujours restés respectueux. Donc, non, on ne peut pas parler de climat houleux. Même si certaines personnes peuvent parfois se sentir frustrés par l’avancée du projet.

Espérez-vous encore l’abandon du projet ?

Pour l’instant, le dossier est suspendu à la modification du PLU de Saint-Sauveur-en-Rue (Loire) qui pourrait intervenir d’ici la fin de l’année. Ça pose plusieurs problèmes techniques qui devront être réglés. Notamment au niveau de la protection des sources et des captages de Saint-Sauveur et Burdignes. Nous n’avons aucune garantie à ce sujet. Ni d’ailleurs sur la protection de la biodiversité.