" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Belgique : les moyens et les fins
Article mis en ligne le 11 octobre 2015
Imprimer

Pierres jetées sur les trains, aiguillages "hors de contrôle", etc... : voici la liste des sabotages observés ce vendredi sur le rail

RTL.be, 09 octobre 2015 à 18h03 (extrait)

Pour forcer les trains à s’arrêter, des grévistes n’ont pas hésité à descendre sur les voies, ou pénétrer dans des cabines de signalisation. Des actes nuisibles à la sécurité pour le gestionnaire du réseau, Infrabel, qui parle de "sabotage" et qui a obtenu, de la justice, que des astreintes, des amendes, soient infligées à ces militants. Les syndicats, eux, réagissent et dénoncent une atteinte au droit de grève.

La liste d’actes de sabotage rencontrés ce vendredi sur le réseau :

03:22 Des circuits de voie sont en dérangement. Les techniciens découvrent sur place qu’ils ont été sabotés
05:15 Des plaques métalliques sont jetées sur les voies de la L96 entre Ruisbroek et Bruxelles-Midi.
05:20 Perte de contrôle d’un aiguillage sur la L50. Sur place on découvre un acte de sabotage.
05:25 Des grévistes jettent des pierres sur un train au départ de Forest.
05:57 Tentative de blocage de la cabine de signalisation par des grévistes, et intimidations. La police interviendra rapidement.
05:58 sur la L96 : un train fait exploser des pétards de sécurité, provoquant un freinage d’urgence
08:33 Perte de contrôle d’un aiguillage sur la L96 à Hal-Nord. Sur place on découvre un acte de sabotage.


Près de 9 trains sur 10 ne circulent pas à Bruxelles

Le Soir, vendredi 9 octobre 2015, 11h58

Le trafic ferroviaire était fortement perturbé à Bruxelles vendredi en raison d’une grève des cheminots, avec des conséquences sur le trafic des lignes régionales et internationales, comme le Thalys et l’Eurostar. « En raison de l’occupation des voies par des grévistes entre les gares de Bruxelles-Nord et Bruxelles-Midi, le trafic des trains est totalement interrompu sur ce tronçon », a indiqué le porte-parole de la SNCB, Thierry Ney.

La grève est organisée par le syndicat socialiste des services publics CGSP. Elle ne touche en principe que les cheminots de Bruxelles, mais en raison de la situation centrale de la capitale, vers laquelle converge le réseau ferroviaire, ses effets se font sentir dans d’autres régions du pays. Outre Bruxelles, où près de 85% des trains prévus ne circulent pas actuellement, la grève perturbe le trafic entre les deux principales villes de Wallonie, Liège et Charleroi, et en Flandre