" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

La Mézière (Rennes) : feu la recherche de Monsanto (mis à jour)
Article mis en ligne le 30 octobre 2015
Imprimer

La Mézière. L’origine volontaire de l’incendie confirmée par Monsanto

Le Télégramme, 5 novembre 2015

Monsanto France a confirmé que l’origine de l’incendie qui a détruit une partie des bureaux de sa station de recherche de La Mézière (35), est bien d’origine volontaire comme nous l’écrivions le 28 octobre dernier.

« L’enquête de police a d’ores et déjà pu identifier deux départs de feu distincts dans les locaux et privilégie un acte de malveillance comme étant à l’origine du sinistre. Vers une heure du matin, alors que les locaux étaient vides, l’enceinte de l’entreprise a fait l’objet d’une effraction. Monsanto a déposé plainte », indique l’entreprise dans un communiqué. « Cet acte, s’il est d’origine criminelle, est purement inacceptable. Monsanto a déjà été la cible de plusieurs actes de vandalisme dans plusieurs sites et nous ne pouvons les accepter », ajoute Tiago Costa, directeur de l’activité semences de Monsanto. Le communiqué précise encore qu’« une partie du bâtiment étant aujourd’hui inutilisable », l’activité habituelle du site « spécialisé dans la recherche sur les semences de maïs ensilage conventionnel (...) a été interrompue jusqu’à nouvel ordre ».


Incendie d’une petite station de recherche de Monsanto près de Rennes

Le Parisien, 28 Oct. 2015, 16h00

Une petite station de recherche du groupe américain de semences transgéniques et d’agrochimie Monsanto située près de Rennes a été victime d’un incendie dans la nuit de mardi à mercredi alors que ses locaux étaient vides, a-t-on appris de sources concordantes.

" Le feu a démarré dans la partie administrative et a touché une centaine de m2 ", a-t-on indiqué au centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS). Les bâtiments, situés à La Mézière, au nord de Rennes, étaient vides et il n’y a eu aucun blessé, a-t-on précisé de même source.

" C’est une station de recherche qui fait de la sélection de semences de maïs destiné à l’ensilage (destiné à l’alimentation du bétail, ndlr). Ce matin les dix salariés du site étaient très choqués en arrivant, car le bâtiment est fortement endommagé", a indiqué à l’AFP le directeur des affaires institutionnelles de Monsanto France, Yann Fichet.
"Deux départs de feu ont été constatés ce qui pourrait laisser supposer une origine criminelle" du sinistre, a-t-il ajouté, soulignant néanmoins que rien n’était encore établi à ce stade. "Une enquête est en cours et nous coopérons avec les forces de police et les pompiers afin de faire toute la lumière".
"Les activités de la dizaine de salariés sur le site ont été interrompues jusqu’à nouvel ordre", précise par ailleurs un communiqué de Monsanto.

Pour le groupe Monsanto, la France est le marché le plus important parmi les pays d’Europe et d’Afrique du nord, qui ont représenté 13,2% de ses ventes en 2014, soit 2,2 milliards de dollars sur un chiffre d’affaires total de 15,8 milliards dans le monde.
Monsanto ne vend pas de semences transgéniques en France. Il fournit aux agriculteurs français des semences de maïs et de colza (60% de l’activité), des semences potagères (9%), ainsi que des produits phytosanitaires (30%), dont l’herbicide Roundup.


La piste criminelle reste privilégiée

"La piste criminelle est fortement privilégiée par les enquêteurs, qui n’ont pas retrouvé trace d’une origine électrique ou autre" indique un responsable à Reuters. Selon les premiers éléments de l’enquête, deux départs de feu ont été constatés par les enquêteurs, ainsi que de fortes odeurs d’essence près du bâtiment, dont les bureaux et le hall d’accueil ont subi d’importants dégâts.

(Bretagne : Une usine Monsanto incendiée, la piste criminelle privilégiée
24matins, 28 octobre 2015 à 18h28)


fichiers joints

Dans la même rubrique