" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Souvenirs de novembre 2005
Article mis en ligne le 26 octobre 2015
Imprimer

Lieusaint (Seine-et-marne) : 9500 habitants à l’époque

C’était il y a dix ans. La nuit du 6 au 7 novembre 2005, en pleine crise des banlieues, des malfaiteurs jetaient un objet incendiaire dans une salle de réunion de la mairie de Lieusaint, au sein du bâtiment B. Un bureau a été détruit, une salle endommagée, la cage d’escalier et une partie du site ont été noircies par les fumées.

Bilan : près de 250 000 € de dégâts et de longs mois de travaux.

(Emeutes de 2005 : à Lieusaint, la municipalité a mis l’accent sur le vivre ensemble
Le Parisien | 26 Oct. 2015, 17h00)