" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Pandora 2 : prison préventive pour un des neuf arrêtés à Barcelone et Manresa (mis à jour)
Article mis en ligne le 30 octobre 2015
Imprimer

Aujourd’hui 30 octobre, le juge d’instruction Juan Pablo González de l’Audiencia Nacional a envoyé en prison préventive un des neuf arrêtés du 28 octobre lors de l’opération Pandora 2. Cinq autres ont été remis en liberté contre une caution de 5000 euros, un autre contre une caution de 4000 euros (soit 29.000 euros en tout !), et les deux dernières personnes sans caution, mais avec un pointage hebdomadaire au tribunal le plus proche de leur domicile et le retrait du passeport. Tous ont été mis en examen pour "appartenance à organisation terroriste", les fameux GAC (Grupos Anarquistas Coordinados), que le juge a définis comme de type "anarchiste insurrectionaliste".

Les neuf arrêtés avaient été transférés le 29 octobre des commissariats catalans de Terrassa, Sabadell, Cerdanyola del Vallès et Rubí vers la prison de Tres Cantos à Madrid. Ils ont commencé à être interrogés aujourd’hui par le juge Juan Pablo González, qui remplace pendant six mois son collègue Javier Gómez Bermúdez (celui de Pandora 1 depuis décembre 2014), affecté en France. Le juge a décrété le secret de l’instruction, ce qui lui permet de ne pas justifier pourquoi un des compagnons -par ailleurs avocat et résident à Sants- a été envoyé en prison.

Une manifestation d’une centaine de personnes a eu lieu à Madrid lorsque les neuf sont passés devant l’Audiencia Nacional. Hier 29 octobre, d’autres manifestations s’étaient déroulées aussi à Valence (300 personnes), Iruña et Granada.

[Synthèse de la presse espagnole]


Voici l’adresse du compagnon en préventive :

Enrique Costoya Allegue
CP Madrid V Soto del Real
Ctra M-609, km 3,5 Módulo 15
28791 Soto del Real (Madrid)
Espagne