" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Bologne/sabotage du TGV : "saboter un monde de racistes et de frontières"
Article mis en ligne le 9 novembre 2015
Imprimer

Bologne : entre 3h30 et 4h ce matin, a sonné une alarme sur la ligne à grande vitesse Bologne-Milan : des foyers d’incendie ont été retrouvés à quatre endroits différents. Deux ont été immédiatement éteints par la police ferroviaire, les deux autres, plus importants, un peu plus tard par les pompiers. En effet, des inconnus ont livré aux flammes des câbles électriques (de transmissions de données) enterrés dans la sous-station ferroviaire de Santa Viola, en périphérie de la ville. Par terre, un tag à la peinture rouge : "8-11, saboter un monde de racistes et de frontières", une référence explicite à la venue de Matteo Salvini et de la Ligue du Nord à Bologne [pour un rassemblement piazza Maggiore]. Le leader de la Ligue a commenté sur Facebook : "Mettez ces délinquants en taule".

C’est le procureur de service Rossella Poggioli, qui coordonne les enquêtes de la Digos, qui est en charge de l’affaire. L’attaque a provoqué jusqu’à trente minutes de retard des trains.

Les conséquences sur la circulation. Près d’un des endroits livré aux flammes a été retrouvé un pansement en gaze imbibé de liquide inflammable, utilisé comme mèche pour initier l’incendie. Il a fallu 8 heures de travaux pour rétablir totalement le trafic. les trains ont été déviés sur la ligne traditionnelle, provoquant des retards et quelques annulations. Petit à petit vers midi, la situation est revenue à la normale.

L’endroit de ce nouveau sabotage est non loin de celui du 23 décembre dernier, toujours contre la grande vitesse. Les suspects vers lesquels s’orientent les enquêteurs concernent le mouvement anarchiste et no tav.

[Extraits traduits de l’italien de La Repubblica Bologna, 08 novembre 2015, "Bologna, sabotata l’Alta velocità : trovata una scritta che allude alla Lega"]


Mise à jour :

Un communiqué de revendication en italien est sorti le 12 novembre 2015. On peut le lire ici.