" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Athènes (Grèce) : les ministres aussi ont une adresse
Article mis en ligne le 24 novembre 2015
Imprimer

Incendie criminel contre la résidence d’un ministre en Grèce

Belga, 21/11/15 - 17h08

Un incendie criminel a visé la résidence du ministre d’Etat grec Alekos Flambouraris à Athènes, provoquant des dégâts sur la façade du bâtiment, a-t-on appris samedi de source policière.

Un bidon d’essence posé devant sa résidence, une maison à deux étages située dans le quartier d’Exarchia près du centre d’Athènes, s’est embrasé tôt vendredi matin, selon la même source.

L’un des principaux cadres du parti de la gauche radicale Syriza au pouvoir, député et ministre d’Etat, chargé de la coordination du gouvernement, Alekos Flambouraris est aussi considéré comme le mentor du Premier ministre Alexis Tsipras.

La porte-parole du gouvernement Olga Gerovassili a condamné un acte "visant personnellement Alekos Flambouraris".

"Cette action provocatrice ne va pas arrêter le travail du gouvernement", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Alekos Flambouraris avait récemment été mis en cause par certains médias et des partis de l’opposition en Grèce pour un possible conflit d’intérêt. Selon ces accusations, il aurait été l’actionnaire d’une société ayant remporté un appel d’offres pour la construction d’un ouvrage public au moment où il avait été nommé ministre en janvier 2015, ce que M. Flambouraris a rejeté.

Les mini-attentats contre des banques, des agences étrangères, des cibles diplomatiques ou gouvernementales sont fréquents en Grèce, imputées par la police à de petits groupes extrémistes.