" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Espagne : la procureur requiert 44 ans de prison (chacun) contre Mónica et Francisco
Article mis en ligne le 4 décembre 2015
Imprimer

Dans son réquisitoire écrit présenté au juge d’instruction, la procureur de l’Audiencia Nacional Teresa Sandoval affirme que Mónica et Francisco appartiennent à une organisation terroriste, dont le modus operandi serait d’"attaquer l’Etat avec des engins incendiaires ou des engins explosifs artisanaux", organisation composée de petits groupes qui défendent l’anarchie en utilisant la violence et agissent de manière autonome "pour ne pas être détectés" (sic).

De plus, elle avance que "les groupes d’affinité insurrectionalistes, comme les cellules de base djihadistes, ont parfaitement identifié un ennemi générique et n’ont donc pas besoin d’organe supérieur qui les active pour passer à l’attaque". Sa thèse absurde est que les Groupes anarchistes coordonnés (GAC) créés en Espagne en 2012 seraient en réalité une succursale de la Fédération Anarchiste Informelle (FAI/FRI), à laquelle on pourrait attribuer plusieurs attentats anarchistes, dont justement celui contre la Basilique del Pilar du 2 octobre 2013 dont sont accusés Mónica et Francisco, et qui avait pourtant été revendiqué par le Comando Insurreccional Mateo Morral.

La procureur de l’Audiencia Nacional demande ainsi un total de 88 années de prison contre les deux compagnons, pour "appartenance à une organisation terroriste" (9 ans chacun), "lésion causée à une victime" (une perte acoustique, 12 ans chacun), "attentat terroriste contre la basilique del Pilar de Saragosse" (18 ans chacun), "conspiration en vue de commettre le délit d’attentat terroriste dans la basilique de Montserrat à Barcelone" (5 ans chacun).

[Synthèse d’après un article paru dans El Heraldo (Aragon, Espagne), "La fiscal compara al grupo anarquista que puso la bomba del Pilar con las células yihadistas", 01/12/2015 08:47]


Pour écrire aux compagnons :

Mónica Caballero Sepúlveda
Francisco Solar Domínguez
C.P Villabona-Asturias
Finca Tabladiello s/n
33422 Villabona-Llanera
Asturias, Espagne