" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

[anticop21] : Paris, manif sauvage, quelques DABs mangent au passage
Article mis en ligne le 12 décembre 2015
Imprimer

A Paris, des dégradations en marge d’une manifestation altermondialiste

France Info, samedi 12 décembre 2015 18:33

100 à 200 manifestants altermondialistes s’en seraient pris à des distributeurs de billets, notamment. Les dégradations ont eu lieu dans la rue Bichat, dans le 10e arrondissement de Paris, près de l’hôpital Saint-Louis.

Les casseurs s’en seraient pris à distributeurs de billets et à des équipements publics un peu avant 17h, dans la rue Bichat. Pour échapper aux forces de l’ordre, ils ont traversé la cour de l’hôpital Saint-Louis. Pour autant, selon la préfecture, il n’y aurait pas eu de dégradations à l’intérieur de l’hôpital et les manifestants auraient été encadrés puis dispersés par la police entre le canal Saint-Martin et le quai de Valmy, dans le nord-est de la capitale. Il n’y a eu aucune interpellation.

Un appel avait été lancé sur les réseaux sociaux pour manifester "contre la COP21, le capitalisme et l’Etat (d’urgence)", après la fin des rassemblements festifs liés à la fin de Conférence climat. Les forces de l’ordre était massivement mobilisées ce samedi dans la capitale pour encadrer ces événements.


Depuis le rassemblement à Belleville :

18h40 : Il n’y a plus personne dans la nasse.

18h15 : La rue de Marseille est remplie de camionnettes et de baceux. De l’autre côté du canal, encore plus de gardes mobiles. Une centaine de flics sont présents.

18h00 : Ils sont nassés, aux alentours c’est la chasse aux militants, environ 100 camionnettes sur les quais et dans les rues alentour. Le dispositif policier est incroyable, ils arrêtent les gens autour.

17h50 : Arrivé-e-s sur le quai de Jemmapes, les copains et les copines toujours à peu près 200 essayent d’aller vers Jaurès, mais des flics bloquent leur chemin au premier pont.

17h45 : De tous les côtés, les flics surgissent et tentent de nasser les manifestant-e-s. Ils s’engouffrent dans l’Hôpital Saint Louis. Ils ont réussi à s’échapper de l’autre côté, pour rejoindre la rue de la Grange aux Belles.

17h15 : Après s’être rassemblé-e-s au son d’une battucada, plusieurs centaines de personnes forment une manifestation festive en direction de Colonel Fabien. La manif poursuit son chemin joyeusement et les slogans anticapitalistes fusent accompagné par les rythmes de la samba.

17h00 : Près de la station de Belleville, où un rassemblement est prévu, le dispositif policier est présent aux alentours mais aucun à proximité directe. Plusieurs centaines de personnes se rassemblent à la sortie du métro.

[anticop21.org, Suivi de la journée du 12 décembre]