" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Athènes (Grèce) : saccage des bureaux de la banque Tiresias
Article mis en ligne le 23 décembre 2015
Imprimer

Ce mercredi 16 décembre 2015, vers 9h du matin, au nord d’Athènes, 14 membres du groupe anarchiste Rubicon sont arrivés casqués sur des motos et ont rapidement dévasté les bureaux de « Tiresias ». Cette administration très spéciale recensait, dans une immense base de données, la liste des emprunteurs insolvables de façon à les expulser de leur logement et à saisir leurs biens, notamment depuis la récente réforme du code civil accordée par Tsipras à la Troïka.
(divers sites)


Le groupe anarchiste responsable de l’attaque a posté une vidéo montrant exactement ce qui s’est passé

Traduit de l’anglais d’une agence de presse grecque
newsroom, Dec, 18 2015

Environ 15 assaillants inconnus aux visages masqués [par des casques de moto] ont attaqué les bureaux de Tiresias Bank Information Systems, située au coin des rues Alamanas et Premetis, à Marousi, en banlieue nord d’Athènes, ce mercredi 16 décembre.

Ils sont entrés dans les bureaux vers 9h30 et ont commencé à détruire les ordinateurs, les bureaux et autres objets avant de partir.

La police s’est rendue sur place, et a arrêté sept d’entre eux. Le groupe qui a organisé l’attaque est Rubicon, un groupe antiétatique connu pour de précédentes attaques contre Hellenic Republic State Asset Fund (HRSAF) et les bureaux de Syriza de la rue Koumoundourou.