" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Londres : perturbation du petit raout de l’ambassade de France
Article mis en ligne le 26 février 2016
Imprimer

Hier soir (23 février), en réponse à l’appel à la solidarité internationale avec la jungle de Calais confrontée à une expulsion, 30 à 40 personnes se sont rendues dans un dîner de l’élite organisé par l’ambassadrice de France. La réception se déroulait dans le club privé “Shoreditch House”, situé au coeur de l’est branché de Londres, afin de lancer la "France Créative", une campagne de promotion de caméras de surveillance hi-tech, robots et autres gadgets.

L’événement devait commencer à 18h30. Vers 18h45, la plupart des contestataires ont pénétré dans les lieux par l’entrée principale, tandis que d’autres sont rentrés par une porte de côté. Les vigiles ont réagit avec retard et une échauffourée s’est produite dans la zone du bar, tandis que d’autres sont parvenus à se rendre au 5e étage où se déroulait ce raout. Des ordures ont été jetées dans la zone de lobbying. Des fumigènes ont été allumés, déclenchant les alarmes incendie et provoquant l’évacuation partielle de l’immeuble.

Après les bagarres initiales, la plupart des perturbateurs sont ressortis, bloquant les portes avec des banderoles et diffant des tracts aux passants, dont aux employés de cuisine qui avaient été évacués. La police a bloqué les rues alentours et appelé les anti-émeute pour dégager le rassemblement. Au moment de son arrivée, tout le monde avait disparu sans arrestations ni blessés.

En tout, cette réception a été interrompue près de 45 minutes. Un article d’un média dominant a précisé que l’ambassadrice de France était à l’intérieur de l’immeuble mais en était vite ressortie.

... En tout cas, que la manif de la nuit dernière soit juste un petit début d’une campagne de solidarité sans-frontières pour mettre la pression sur l’Etat français et ses collaborateurs dans plusieurs directions, et faire que les attaques contre les migrants ne passent pas inaperçues et ne restent pas sans réponse.

[Extrait traduit de l’anglais de Rabble, February 24, 2016]