" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Bologne : sabotage incendiaire contre le TGV
Article mis en ligne le 24 décembre 2014
Imprimer

Trafic ferroviaire en tilt dans la péninsule italienne. Hier, un incendie volontaire contre les lignes de la grande vitesse, près de la gare de Santa Viola, en banlieue-ouest de Bologne, a bloqué la circulation des trains, créant de lourdes perturbations, surtout au nord.

Le sabotage signé No Tav s’est produit vers 4h30 rue del Triumvirato, entre deux noeuds ferroviaires, facilement accessibles de cette rue. Quatre regards et autant de rigoles, distants d’une cinquantaine de mètres l’un de l’autre, contenant des raccordements de fils électriques et de fibres optiques, ont été livrés aux flammes au même moment avec des tissus imbibés de liquide inflammable. Trois foyers, qui concernaient la ligne à grande vitesse ont été éteints rapidement par la police des chemins de fer (Polfer) et les convois ont recommencé à circuler vers 13h30. Pour dompter les flammes contre la quatrième installation, qui concernait cette fois la ligne classique vers Milan, l’intervention des pompiers a été nécessaire, et peu après 10h30 les .trains ont pu à nouveau circuler.

Mais les problèmes n’ont pas manqué pour les passagers qui ont du subir des retards jusqu’à trois heures un peu partout.

Les enquêtes de la Digos, la Polfer et la police scientifique ont immédiatement désigné le milieu anarcho-insurrectionnaliste, parce qu’à trois mètres du foyer a été retrouvé un tag "Tav", avec une flèche en dessous, et deux autres tags "No Tav" ont été retrouvés sur les murs d’enceinte. En journée ont été passées au peigne fin plusieurs domiciles d’activistes qui gravitent à Bologne et pourraient avoir agi pour protester contre la condamnation de 4 personnes le 17 décembre, accusées de l’incendie d’un compresseur sur le chantier de la Grande Vitesse en Val Susa.

Mais il ne s’agit là que de l’anneau d’une chaîne de raids accomplis par des autonomes contre les infrastructures de l’Etat, dont le dernier en date s’est produit il y a trois jours à Rivezzano dans la province de Florence, où deux bouteilles incendiaires [qui n’ont pas pris] ont été retrouvées entre les voies. C’est justement pour cela que les enquêteurs de Florence et Bologne collaborent ensemble et partagent leurs informations.

[Traduit de l’italien d’un quotidien à la con, Il Giornale, 24/12/2014 - 07:00]


"Mardi 23 décembre vers 11h du matin, la Digos de Bologne s’est précipitée dans les domiciles de quatre compagnonnes et compagnons en quête d’armes et explosifs (art. 41 tulps), suite à l’incendie de câbles sur la ligne à grande vitesse Bologne-Milan, survenu quelques heures plus tôt à l’entrée de Bologne.
Les perquisitions se sont déroulées plutôt rapidement et n’ont porté aucun fruit. Il s’agit bien sûr d’une sorte de rite à mener suite aux hurlements de Lupi [ministre des Transports] qui a tout de suite parlé de terrorisme. Faire voir que la police est là et qu’elle agit.

Tout notre dégoût va à ceux qui continuent de pointer leur sale nez chez nous. Toute notre solidarité va à Chiara, Claudio, Mattia et Nicco, finalement sortis de prison et enfermés en résidence surveillée, et à Graziano, Francesco et Lucio, toujours incarcérés pour le sabotage du chantier Tav du 13 mai 2013.

Liberté pour tous !

Quelques anarchistEs perquisitionnéEs"

[Traduit de l’italien de informa-azione, Mar, 23/12/2014 – 18:40]