" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Razac-sur-l’Isle/Chancelade (Dordogne) : joyeux Noël sans internet ni télé !
Article mis en ligne le 26 décembre 2014
Imprimer

La Dordogne coupé d’Internet à Noël pour certains dégroupés

Echodunet, ven, 26/12/2014 - 12:18

Une grande partie de la Dordogne et dans certains cantons des départements limitrophes (Corrèze et Haute-Vienne) n’avaient plus accès à Internet sur les réseaux dégroupés par Bouygues Telecom, Free et SFR.

Des câbles de fibre optique ont été sectionnés le long de voie SNCF à Razac-sur-l’Isle et à Chancelade, près de Perigueux. Il pourrait s’agir d’un acte de vandalisme ou d’une tentative de vol de câble en cuivre. Le câble en fibre optique est souvent confondu avec celui en cuivre. L’enquête a été confié à la Police Nationale et à la Gendarmerie.

Avec les coupures de fibre, les services Internet dégroupés (notamment la TV) de Bouygues Telecom, Free et SFR ont été arrêtés dans les centraux du département de la Dordogne et limitrophes (Haute-Vienne et Corrèze). De plus, le tarfic SNCF a été perturbé sur les lignes concernées par les coupures.


Dordogne : le département presque coupé du monde

Sud Ouest, 26/12/2014 à 10h19

Mercredi soir [24 décembre], mais aussi hier, les abonnés de Free, SFR et Bouygues ont été privés d’Internet, de téléphone et de télévision.

Internet fait tellement partie de notre quotidien qu’une panne provoque un profond désarroi chez les utilisateurs. Les Périgordins qui, mercredi soir à 18 h 20, ont vu s’interrompre leur connexion au réseau, se couper leurs conversations téléphoniques ou disparaître les images de leur écran de télévision, n’ont d’ailleurs pas manqué de le faire savoir sur les forums spécialisés. Pour tout dire, ils ont parfois accusé leurs opérateurs d’incompétence et menacé de fuir vers la concurrence.

Acte de vandalisme ?

À dire vrai, les opérateurs concernés, SFR, Free et Bouygues, n’étaient en rien responsables de cette panne de grande ampleur, qui a sans doute touché des abonnés par centaines en Dordogne, mais aussi en Haute-Vienne et en Corrèze.

Pour une raison qui reste à déterminer, un câble de fibre optique, transmettant les données Internet, a été sectionné le long de la voie SNCF, à Razac-sur-l’Isle et Chancelade. « On ne connaît pas les raisons du ou des auteurs, souligne Émilie Abrantès, substitut du procureur de la République de Périgueux. Il peut s’agit d’un acte de vandalisme ou d’une tentative de vol, car la fibre optique a pu être confondue avec un câble de cuivre, un métal recherché. Une chose est sûre, ajoute-t-elle, il ne s’agit pas d’un acte accidentel, mais d’un acte volontaire. »

Hier soir, les sites Internet spécialisés tendaient à montrer que l’activité des opérateurs revenait progressivement à la normale en Dordogne.

L’enquête a été confiée à la police et aux gendarmes. Elle permettra de faire éventuellement le rapprochement avec un acte de malveillance très similaire qui s’était produit le 28 août, lorsque la fibre optique qui relie Périgueux au réseau national pour les opérateurs SFR et Free avait été sectionnée à Sainte-Eulalie (33). Ce qui avait occasionné les mêmes désagréments.

Autre conséquence de cette panne, des câbles d’alimentation de la SNCF ayant été endommagés lors des dégradations, le trafic ferroviaire a été perturbé. Le retour à la normale n’est intervenu qu’à 14 heures sur la ligne Périgueux-Bordeaux et 17 heures entre Périgueux et Limoges.