" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Thessalonique (Grèce) : destruction de plusieurs antennes de téléphonie mobile
Article mis en ligne le 24 mars 2016
Imprimer

Le 5 février, nous avons détruit 3 antennes de téléphone portable Vodafone, 1 antenne de téléphone portable OTE, et 1 antenne de téléphone portable Wind, situées sur des toits dans les quartiers de Faliro, Botsari et Papanastasiou, en les incendiant avec du liquide inflammable. De plus, le 7 février, nous avons détruit 1 antenne de téléphone portable Vodafone située sur la façade d’un immeuble d’appartements dans le quartier de Kato Toumba. Il s’agit d’un acte de résistance contre le contrôle toujours plus important, venant compléter les luttes permanentes contre les antennes de téléphone mobiles. Notre action est dédiée aux compagnons T.Theofilou et G.Tsironis dont les procès sans cesse reportés sont respectivement les 24 et le 5 février ;

PS : en accord avec le fait que la résistance contre le contrôle social est une composante importante d’une lutte anarchiste diverse et permanente, nous saluons l’initiative des compagnons de Volos en faveur de la "destruction de caméras" [de vidéosurveillance].

[Traduction de la fin du communiqué dans sa version en anglais parue sur actforfreedom, March 23, 2016. L’original en grec est paru sur Indy Athènes, 09/02/2016]