" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Nafarroa (Espagne) : sabotage d’antennes de communication
Article mis en ligne le 11 avril 2016
Imprimer

La société capitaliste se maintient grâce à deux piliers fondamentaux, la répression et le contrôle social, cette fois nous avons voulu frapper une partie de ce système de contrôle social que sont les antennes de communication. Dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 avril, guidés par les étoiles nous nous sommes approchés des deux antennes qui se trouvent sur la route qui relie Iruña à Irurtzun (Nafarroa) et avec des pinces nous avons ouvert une brèche dans les barbelés autour de ces antennes, avec des masses à manche de bois, nous avons détruit les deux compteurs d’électricité qu’il y avait à chaque antenne en plus de défoncer les deux appareils d’air conditionné des deux antennes, avec des haches nous avons coupé quelques câbles de l’appareil électrique des antennes et sectionné les câbles à la sous-station de distribution qui alimente ces antennes en énergie.

Cette fois, nous revendiquons et nous rendons publique cette action en partie pour lancer un irrintzi solidaire avec les compagnons emprisonnés qui se trouvent actuellement a grève de la faim dans les taules de l’état assassin et torturés, José Adrián Poblete Darre, Xavier Corporales Barruecos et Antonio Chavero Mejías. C’est pour vous ;

En solidarité avec les compagnon-ne-s Monica et francisco condamné-e-s récemment en première instance à 12 ans (une sentence n’est qu’une opinion), Force et courage ;

pour protester contre la violation perpétrée contre la terre et la nature avec le Tav et toutes les autres infrastructures qui ne servent que les intérêts de ceux de toujours. Ama lurra defenda dezagun !*

PS : dommage que l’incendie que nous voulions offrir en final n’ait pas fonctionné ....pas de souci, nous le gardons pour la prochaine visite.

estatuari gerra, gerra beti !**

Comando Borja Martín Gómez***

Ndt :
* Défendons la terre mère [et à bas la famille ?]
** Guerre à l’état de guerre !
***Borja Martín Gómez est un prisonnier rebelle actif dans la campagne "Prison=torture" qui a été retrouvé pendu dans la prison de A Lama en mars 2015.

[Traduit de l’espagnol d’Indy Barcelone, 05 abr 2016]