" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Portoviejo (Manabí, Equateur) : saisir l’occasion...
Article mis en ligne le 18 avril 2016
Imprimer

Equateur. Des détenus ont profité du séisme pour s’évader

Belga, 18/04/16 - 06h18

Une centaine de prisonniers ont profité du tremblement de terre survenu samedi en Équateur pour s’évader, a annoncé la ministre équatorienne de la Justice Ledy Zuñiga sur Twitter dimanche.

Une trentaine de détenus ont pu être arrêtés peu de temps après leur évasion de la prison de Portoviejo, dans l’ouest de la province de Manabí.

Il s’agit d’une région les plus durement frappées par la catastrophe dont le dernier bilan s’élève à 238 morts.

Le séisme, d’une amplitude de 7,8 sur l’échelle de Richter, a aussi fait au moins 1.557 blessés. Les opérations de secours sont toujours en cours.