" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Idomeni (Grèce) : nouveaux affrontements entre des migrants et la police
Article mis en ligne le 18 avril 2016
Imprimer

Echauffourées à Idomeni entre migrants et policiers grecs

Reuters le 18/04/2016 à 19:06

Plusieurs dizaines de migrants bloqués à la frontière nord de la Grèce ont lancé des pierres en direction des forces de police, lundi près d’Idomeni, en réaction à l’accident dont avait été victime l’un d’entre eux, blessé par un fourgon policier, ont rapporté les médias grecs. Les forces de l’ordre ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

L’homme heurté par un fourgon policier a été hospitalisé mais, à en croire les médias grecs, son état n’est pas grave.

Des migrants ont tenté la semaine dernière de pratiquer des brèches dans la clôture entre la Grèce et la Macédoine mais les policiers macédoniens ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc dans leur direction, blessant plusieurs dizaines d’entre eux.

Les réfugiés du camp d’Idomeni comptent parmi les 53.000 migrants actuellement bloqués en Grèce du fait de la fermeture des frontières des pays balkaniques. L’an dernier, plus d’un million de migrants avaient pu gagner l’Europe du Nord et de l’Ouest par l’itinéraire des Balkans, alors encore ouvert.