" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Plaisir (Yvelines) : feu au centre de rétention
Article mis en ligne le 6 juin 2016
Imprimer

Incendie au centre de rétention de Plaisir : 5 personnes intoxiquées

AFP — 6 juin 2016 à 12:06

Au moins deux fonctionnaires de la police aux frontières et trois personnes retenues dans le centre de rétention (CRA) de Plaisir (Yvelines) ont été intoxiqués par des fumées se dégageant d’un matelas en feu dimanche, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Le feu s’est déclaré dans une chambre vers 13H20 dimanche, selon les pompiers qui ont maîtrisé l’incendie.

Trois personnes retenues ont mis le feu à un matelas « tout en obstruant les passages d’air à l’aide de papier et sacs plastiques », pour une raison encore indéterminée, selon la police. Seule leur chambre a été détruite.

Intoxiqués, ils ont été transportés à l’hôpital, dont deux en urgence relative. Après examen, il s’est avéré que leur vie n’était pas en danger, selon la même source.

Deux policiers ont été intoxiqués par les fumées selon les pompiers, tandis que la source policière a évoqué l’intoxication de « quatre policiers de la PAF, intervenus pour les secourir », dont l’un a dû été évacué vers l’hôpital sous assistance respiratoire mais dont la vie « n’est pas en danger ».