" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Ribeirão Preto (Brésil) : assassinat policier et émeute à deux pas de l’hôtel de l’équipe de France
Article mis en ligne le 2 juin 2014
Imprimer

Footballtruc, 2 juin 2014 à 15h59

La ville qui va recevoir l’équipe de France pendant la Coupe du monde a vécu des heures particulièrement compliquées ce week-end avec des manifestations et des incendies de véhicules suite au décès d’un homme de 31 ans qui était détenu par la police locale.

L’accueil de l’équipe de France risque d’être bien plus chaud que prévu… Si la mairie de la ville a déjà prévu de dorloter les Bleus à partir de lundi prochain, le premier entraînement des hommes de Deschamps serait prévu dans un stade du Botafogo comble, l’actualité a pris le pas sur cet événement joyeux.

On le sait la Coupe du monde subit des critiques en tout genre de la part d’une population ulcérée par les dépenses engendrées. Cette fois, il ne s’agit pas de cela. Un fait divers est en effet à l’origine des émeutes qui ont touché la ville samedi et dimanche. A l’origine, il s’agit du décès de Tiago de Campos Guandalin alors qu’il venait de se faire arrêter pour un vol de voiture et d’une pharmacie, annonce le quotidien brésilien Folha de Sao Paulo

Des habitants des quartiers de Branca Sales et Parque Ribeirao ont, en représailles incendiés six véhicules dont un bus et un car de télévision. En conséquence, la compagnie qui gère les transports publics de la ville a cessé le travail samedi puis dimanche, laissant sans solution les habitants. La police a d’ores et déjà annoncé qu’elle ne tolèrerait aucun débordement de ce genre…