" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Saguenay (Québec) : pas de bus scolaires, pas d’école !
Article mis en ligne le 7 juin 2016
Imprimer

Des autobus scolaires sont la cible de vandales

Journal du Québec, 6 juin 2016 22:45

Quatre autobus scolaires stationnés dans le parc industriel d’Arvida ont été la cible de vandales particulièrement agressifs en fin de semaine, comme en témoigne l’état de l’un des véhicules qui aura besoin de réparations de plusieurs milliers de dollars.

Le propriétaire d’Autobus Passion a particulièrement été touché par ces actes gratuits commis dans la nuit de samedi à dimanche.

Trois de ses véhicules situés dans le stationnement adjacent au 2050 de la rue Deschênes ont été ciblés.

« Ça doit être des jeunes. Jamais je ne croirai que des adultes auraient pu faire ça », indique Robin Talbot, qui dit avoir déjà eu des problèmes avec certains employés, mais pas au point où quelqu’un ait pu lui en vouloir à ce point. L’entreprise fait surtout affaire avec la Commission scolaire de la Jonquière, mais aussi avec des groupes privés pour du transport nolisé.

Dommages importants

Un de ses autobus a subi des dommages extrêmement importants. Une quinzaine de fenêtres ont volé en éclats, plusieurs sièges ont été abîmés à coups de couteau, les pare-brise ont été défoncés, les essuie-glaces arrachés et des traces de feu étaient même visibles sur certains dossiers.

« Plus que ça, ils mettaient le feu dedans. C’est déplorable des actes gratuits comme ça », ajoute l’homme qui devra compter sur ses assurances pour remettre ses véhicules en état de rouler.

Un quatrième véhicule qui se trouvait sur la rue du Roi-Georges a reçu la visite de vandales et les deux événements sont liés, confirme le porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay, Bruno Cormier.

Enquête

Dimanche matin, les enquêteurs ont été dépêchés sur place pour tenter de récupérer des empreintes, mais pour l’instant, il semble qu’il n’y ait pas de suspects dans la mire des policiers.