" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Zurich (Suisse) : sabotage incendiaire de la ligne de trains vers l’aéroport international [mis à jour]
Article mis en ligne le 7 juin 2016
Imprimer

[La presse suisse allemande s’est aussi fait un plaisir de rappeler que le 1er janvier 2015 à Zürich, un sabotage incendiaire s’était déjà produit contre des câbles dans le tunnel du tram entre les stations Milchbuck et Tierspital. Les dégâts avaient alors été estimés à 100 000 francs suisses.
Au cours de l’émission télévisée « 10 vor 10 » sur la chaîne SRF le 7 juin 2016, Walter von Andrian, rédacteur en chef de la revue « Chemin de fer Suisse », a expliqué que les câbles le long des voies sont le talon d’achille du réseau de la SBB (Chemins de fer fédéraux suisses), dont ils constituent le "système nerveux". "Ils servent aux connexions téléphoniques ou aux commandes à distance", a déclaré l’expert ferroviaire. "Si les signaux de ces câbles sont interrompus, ils tombent sur le rouge, les conducteurs de train doivent s’arrêter. Et les trains ne roulent plus (...) On peut faire beaucoup de dégâts en les coupant. Mais les trains ne risquent pas d’entrer en collision, parce que la sécurité est assurée dans les cabines de signalisation sur place." Enfin, il a informé les téléspectateurs que quatre centres d’exploitation différents régulent la circulation : l’un à Pollegio (Tessin) pour le sud, un à Lausanne pour l’ouest, un à Olten pour le centre et un à Zürich aéroport pour l’est, s’occupant aussi de l’interconnexion avec le S-Bahn. Et c’est justement ce point névralgique qui a été touché la nuit du 6 au 7 juin...
(Der Bund (Berne), "Die Achillesferse der Bahn", 08.06.2016, 10:16
SRF, 10 vor 10, "Brandanschlag auf Kabelschacht : Achillesferse der Bahn", 7. Juni 2016, 21:50)]

Le chaos d’Oerlikon révèle la vulnérabilité des CFF

20Minutes, 08.06.2016 14:51

Il a suffi de mettre le feu à des câbles pour paralyser le trafic ferroviaire d’une région. La question de la sécurité se pose.

Les CFF touchés à leur talon d’Achille

Selon l’émission « 10 vor 10 » de la télévision alémanique SRF, le ou les responsables de l’incendie criminel ont touché le talon d’Achille de l’ex-régie fédérale. Car les conduits de câbles endommagés par les flammes sont en quelque sorte le « système nerveux » des CFF, explique ainsi Walter von Andrian, rédacteur en chef de la « Schweizer Eisenbahn-Revue ». Selon ce dernier, les conduits en question contiennent des câbles en tous genres allant de ceux destinés aux connexions téléphoniques à ceux pour les commandes à distance. Il se veut néanmoins rassurant : « La destruction de ces câbles peut provoquer des perturbations, mais ne suffirait pas pour provoquer une collision entre deux trains. »

L’incendie criminel dans un conduit de câbles à Zurich-Oerlikon qui a provoqué mardi le chaos dans les liaisons ferroviaires régionales soulève beaucoup de questions. Et son origine volontaire encore plus. Car il est très facile de mettre le feu à ces câbles, comme l’ont expliqué des experts à 20 Minuten.

« Même un enfant peut le faire », a ajouté un ancien collaborateur des CFF. Kurt Schreiber de Pro Bahn Suisse en convient mais il doute que ce soit une bêtise d’adolescent. « J’y vois la main d’un ex-employé qui connaissait parfaitement le point faible du système et où frapper. » Kurt Schreiber souhaite que l’auteur soit puni « avec la plus extrême sévérité car des milliers de personnes ont été touchées, avec des dommages économiques massifs. » Selon l’article 122 du code pénal, un incendiaire risque au moins un an de prison ou entre trois et 20 ans s’il est prouvé qu’il a mis en danger la vie d’autrui.

Amende et prison

Et pour avoir perturbé le trafic ferroviaire et mis la vie ainsi que la propriété d’autrui en péril, l’incendiaire encourt une amende ou une peine de prison. Les CFF sont également en droit de demander des dommages et intérêts, mais ils n’y songent pas pour le moment. « Nous nous employons actuellement à tout remettre en état. Ce sujet pourrait revenir sur la table par la suite », a déclaré son porte-parole Christian Ginsig.

Les coûts de l’incendie en termes de trafic ferroviaire et de réparation sont estimés à plusieurs centaines de milliers de francs, a ajouté la police zurichoise.

Kurt Schreiber demande donc une meilleur sécurité « en fermant ces conduits avec des cadenas par exemple ». Mais reste alors à relever le défi tarifaire pour les usagers qui découlerait d’un renforcement de la sécurité. Les CFF n’ont pas souhaité s’exprimer sur la sécurité des conduits.


Les trains entre Zurich et son aéroport longtemps paralysés après un incendie

ATS, 7 juin 2016 21:33

Le trafic ferroviaire a été paralysé mardi entre Zurich-Oerlikon et Zurich-Aéroport à cause de l’incendie intentionnel de câbles des CFF. Plus aucun train ne reliait la ville à son aéroport.

La circulation des trains des grandes lignes, internationaux et RER a été fortement perturbée depuis l’aube au nord de Zurich. Le feu s’est déclaré à 03h00 dans un conduit de câbles des CFF, le long du tronçon reliant Oerlikon à l’aéroport.

Le tronçon est resté bloqué jusqu’à 19h00 pour le trafic grandes lignes. Le trafic régional a été rétabli progressivement à partir de 20h00.

Concernant l’incendie, tout indique qu’il est d’origine criminelle, écrit la police municipale. Les flammes ont pu être rapidement éteintes, mais des installations techniques sont endommagées. La police mène en outre l’enquête sur place.

Perturbations pour le trafic pendulaire

Des milliers de pendulaires sont restés bloqués et ont été retardés sur le chemin du travail.

Le chaos ferroviaire n’a en revanche aucune incidence sur le trafic aérien, a précisé une porte-parole de l’aéroport de Zurich. Environ 130 passagers arrivant en transports publics ont toutefois raté leur avion.


Un incendie criminel bloque la ligne CFF Zurich-Kloten

ATS, 7 juin 2016 à 13:20

Les grandes lignes, les trains internationaux et les RER sont fortement perturbés autour de Zurich, en raison d’un incendie que la police qualifie d’intentionnel. Des milliers de pendulaires ont été affectés

Le trafic ferroviaire est paralysé mardi entre Zurich-Oerlikon et Zurich-Aéroport à cause de l’incendie intentionnel de câbles des CFF. Plus aucun train ne relie la ville à son aéroport. Il faut prendre le tram ou faire un important détour pour prendre l’avion.

La circulation des trains des grandes lignes, internationaux et RER est fortement perturbée depuis l’aube au nord de Zurich. Le feu s’est déclaré à 3h dans un conduit de câbles des CFF, le long du tronçon reliant Oerlikon à l’aéroport. Tout indique que l’incendie est d’origine criminelle [le feu a été bouté en deux endroits], écrit la police municipale. Les flammes ont pu être rapidement éteintes, mais des installations techniques sont endommagées. La police mène en outre l’enquête sur place. Le tronçon est bloqué pour une durée indéterminée.

Longues attentes

Se rendre à l’aéroport prend donc bien plus de temps que d’habitude. Les trains en provenance de Berne, Bâle, de la Suisse romande et de la Suisse centrale sont déviés entre Zurich et Winterthour. Les voyageurs peuvent prendre des trains-navettes entre Winterthour et Zurich-Aéroport, indiquent les CFF.

Il est également possible de prendre le tram 10 à la gare centrale de Zurich ou à Zurich-Oerlikon pour se rendre à l’aéroport. Le trajet dure une quarantaine de minutes depuis le centre-ville. Les transports publics de la ville ont mobilisé des rames supplémentaires pour renforcer la desserte vers l’aéroport.

Des milliers de pendulaires bloqués

Supprimé jusqu’à la mi-journée, l’Intercity Zurich-Schaffhouse circule entre-temps à nouveau. Cette ligne ne passe pas par l’aéroport. Le trafic du réseau RER est en outre fortement perturbé. Ses usagers souhaitant se rendre à l’aéroport sont détournés par Effretikon. Des milliers de pendulaires sont restés bloqués et ont été retardés mardi matin sur le chemin du travail.

Le chaos ferroviaire n’a en revanche aucune incidence sur le trafic aérien, précise une porte-parole de l’aéroport de Zurich. Il n’a pas entraîné d’embouteillage de passagers sur place. Aucun retard d’avion dû à la perturbation du trafic ferroviaire n’est à signaler.


Il y a une semaine déjà...

La situation se normalise à l’aéroport de Zurich

20Minutes, 02.06.2016 08:06

Des problèmes dans le système d’enregistrement ont provoqué de longues files d’attente aux guichets ce mercredi. La panne est réparée mais des retards sont à prévoir.

Rien n’allait plus ce mercredi 1er juin à l’aéroport de Zurich-Kloten. C’était même le chaos selon le témoignage d’un voyageur sur place depuis 6 heures et recueilli par 20 Minuten. Les files d’attente s’allongeaient devant les guichets. En cause : un problème dans le système d’enregistrement des bagages.

Selon le gratuit alémanique, une alerte incendie s’est déclenchée, puis une annonce a été diffusée pour signaler que des problèmes techniques en étaient à l’origine. L’aéroport a confirmé les ennuis : « nous avons eu un problème informatique : l’enregistrement doit se faire actuellement manuellement », avait-t-il indiqué plus tôt.

Mais la situation se normalisait dans la matinée. Selon une porte-parole, la panne est due à une coupure de courant dans la nuit mais désormais tous les guichets d’enregistrement fonctionnent à nouveau correctement. En revanche, il risque d’y avoir des retards de 30 à 40 minutes pour embarquer. « Nous recommandons aux passagers qui doivent s’envoler de Kloten, de prévoir davantage de temps », a-t-elle indiqué. Impossible toutefois d’estimer pour l’instant combien de voyageurs ont été touchés par l’incident.

Par contre, les raisons de l’alarme incendie qui s’est déclenchée restent un mystère. Il se peut que la coupure de courant en soit à l’origine, selon la porte-parole qui indique qu’il n’y a pas eu d’incendie.