" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Lannion/Dijon/Paris/Gard : les locaux du PS pris pour cible
Article mis en ligne le 21 juin 2016
Imprimer

Lannion. Des vitres du local du PS et de la mairie brisées

Le Télégramme, 21 juin 2016

Ce week-end, la vitre de la porte d’entrée de la mairie a été brisée par un jet de pierre, probablement un galet. De même, trois vitres du local du Parti socialiste, situé rue Kergariou, à Lannion, ont été dégradées au moyen d’une « boule de pétanque », indique le commissariat de police qui a ouvert une enquête. Celui-ci a d’ailleurs enregistré la plainte du maire de la Lannion, et devrait recevoir celle du PS, ces prochains jours. Aucune revendication n’a pour l’heure été constatée.

Des membres du collectif Nuit Debout Trégor tiennent à donner leur version des faits : « Nous étions environ une quarantaine, répartis devant la mairie. Le bruit a été entendu par les plus proches, nous avons constaté les dégâts et donc alerté la police [...]Ces agissements ne sont pas de notre ressort, ce n’est ni notre mode d’action ni notre intérêt, explique le collectif Nuit Debout dans un communiqué. Nous sommes présents de manière pacifique depuis bientôt deux mois maintenant et nous réaffirmons nos Nuits Debout, déterminés, sans violences ni dégradations, Nuit Debout se veut un collectif citoyen, ce geste ne l’est pas ».


Loi travail : nouvelles dégradations contre des locaux du PS

AFP, 20/06/2016 à 18:53

En Côte-d’or, à Paris et dans le Gard, trois permanences du PS ont été la cible de protestataires, signe d"un "climat de violence inacceptable".

Le Parti socialiste a condamné lundi dans un communiqué de nouvelles dégradations depuis le week-end de trois de ses locaux, sur fond de contestation du projet de loi travail. En Côte-d’or, c’est la permanence du député Laurent Grandguillaume, déjà ciblée en mai, qui a été touchée [couverte d’affiches, tout comme le domicile du maire PS de Dijon et ancien ministre du Travail, François Rebsamen]. "Tout est fait pour nous empêcher de faire notre travail parlementaire", a-t-il tweeté lundi. À la fédération du PS à Paris, des vitres ont été brisées, des insultes ("collaborateurs, menteurs...") inscrites et un liquide a été déversé dans le hall, a précisé le parti à l’AFP. Dans le Gard, l’attaque était directement en lien avec la contestation de la loi travail, a-t-on ajouté.
Plaintes

Selon le PS, "ces nouvelles dégradations sont la marque d’un climat de violence totalement inacceptable". Le parti "condamne, à nouveau, avec une extrême fermeté ces exactions commises à l’encontre de ses bâtiments, et parfois de ses militants et de ses personnels" et "rappelle qu’il dépose plainte systématiquement et espère que les enquêtes aboutiront".

Plusieurs dizaines de locaux du PS ou permanences d’élus socialistes ont été pris pour cible depuis la fin février, début de la contestation contre le projet de loi El Khomri, subissant divers types de dégradations (tags, vitres brisées, locaux emmurés, etc.).