" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Essert (Territoire de Belfort) : les "Optymo" en autopartage fondent à vue d’oeil
Article mis en ligne le 27 juin 2016
Imprimer

Essert : 2e voiture Optymo incendiée en trois semaines

Est Républicain, 27/06/2016 à 11:53

À 2 h 40, dans la nuit de dimanche à lundi, un véhicule Optymo a été volontairement incendié sur le parking situé derrière le restaurant « La Paillote comtoise », en bordure de la rue De-Gaulle, à Essert.

La Renault Mégane break a été entièrement détruite par les flammes, malgré l’intervention des pompiers de Châtenois-les-Forges. Lundi matin, le véhicule, hors d’usage, a été enlevé par la dépanneuse.

Il ne sera pas remplacé, du moins dans l’immédiat. Le service communication d’Optymo précise que « nous n’avons pas de véhicule à disposition pour remettre une voiture en libre-service. »

Le vandalisme engage également peu à remplacer les véhicules dégradés. D’autant que la commune d’Essert semble prise pour cible actuellement. Il y a trois semaines, le 7 juin, le Peugeot Bipper, basé devant la mairie, a été détruit par un incendie. La 207, qui se trouvait à côté, a été endommagée. « Elle est en réparation actuellement, mais les élus prendront la décision de la remettre en service ou pas. »

Le SMTC (Syndicat mixte des transports en commun) précise que « le Bipper et la Mégane étaient assez utilisés sur Essert ». Les véhicules avaient été mis en place fin 2013.

« Nous avons conscience que les clients sont pénalisés par ces actes de vandalisme gratuits », ajoute le SMTC, qui reste néanmoins impuissant face à cette délinquance. « Nous réfléchissons toutefois à une solution pour s’en protéger. » Dans les deux cas, à Essert, les véhicules étaient stationnés à proximité des immeubles d’habitation.

Une nouvelle plainte sera déposée au commissariat de Belfort.