" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Le Havre (Normandie) : boum boum font les horodateurs de la ville
Article mis en ligne le 29 juin 2016
Imprimer

Loi travail. Une trentaine d’horodateurs détruits, au Havre. La ville porte plainte

Normandie actu, 28/06/2016 à 18:21

Des dégradations ont été constatées par la Ville du Havre (Seine-Maritime), en marge des manifestations des opposants à la loi travail. Une trentaine d’horodateurs installés le long des avenues où le cortège est passé, les 9 et 23 juin 2016, ont été vandalisés. Le préjudice toujours en cours d’estimation, pourrait s’élever à 75 000 euros. La Ville du Havre a fait le choix de porter plainte.
Une nouvelle manifestation est programmée mardi 5 juillet 2016, à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, Fidl, UNL.

Des pétards glissés dans le monnayeur

Jeudi 9 juin 2016, la Ville a comptabilisé une douzaine d’horodateurs cassés, après le passage des manifestants. Jeudi 23 juin 2016, leur nombre a grandi. Des dégradations ont été constatées sur une vingtaine d’horodateurs situés en centre-ville, le long des axes principaux que sont le Cours de la République et le boulevard de Strasbourg. Ces détériorations sont le fait de pétards qui ont été glissés dans le monnayeur. Ce jeudi 23 juin, d’autres dégradations avaient déjà été constatées du fait des lourdes charges de ces pétards. Les fenêtres d’un abribus avaient volé en éclats. L’incident avait même fait deux blessés.

Réparations ou remplacement du matériel ?

La ville du Havre a déposé une première plainte, jeudi 9 juin. Une seconde a été enregistrée, jeudi 23 juin : "Une expertise est en cours pour définir un état précis des dégradations et déterminer la nature des interventions à prévoir : remplacement de pièces détruites ou renouvellement du matériel », indiquent les services de la mairie. À titre d’exemple, l’expertise des appareils endommagés à l’issue de la manifestation du 9 juin 2016 livre une estimation à 2 500 euros par horodateur, du coût des réparations nécessaires. »

En attendant leur réparation, les automobilistes vont tout de même devoir continuer à s’acquitter de leur ticket de stationnement en se rapprochant de l’horodateur le plus proche… en état de fonctionnement.