" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Bordeaux (Gironde) : attaque incendiaire d’un local de la CFDT
Article mis en ligne le 30 juin 2016
Imprimer

Incendie du siège de la CFDT à Bordeaux : "On est catastrophés, mais pas surpris"

Francetvinfo, 30/06/2016 | 11:43

Après Paris, Bordeaux. Le siège de la CFDT dans la capitale aquitaine a été partiellement incendié dans la nuit du 29 au 30 juin, vers 2 heures du matin. La police judiciaire a été saisie de l’enquête.

"Des gens ont pénétré cette nuit dans la permanence CFDT-Gironde à Bordeaux. Ils ont dû passer par-dessus les grilles, puis ils ont mis le feu aux poubelles à disposition, en les plaçant sur les marches d’entrée, raconte le responsable juridique de la CFDT Gironde, Jean-Claude Desesbats, joint par francetv info. L’incendie a pris juste devant deux portes-fenêtres, qui se sont enflammées. Ça a fait des dégâts à l’intérieur des locaux, un des bureaux est presque entièrement brûlé."

Un tag "Incendie, Part 1"

"J’ai été prévenu à 4 heures du matin, poursuit Jean-Claude Desesbats. Les pompiers et la police sont intervenus rapidement. Les incendiaires ont laissé derrière eux un tag disant : ’Incendie, Part 1’. Une façon de dire qu’ils sont prêts à recommencer. On est catastrophés par ce genre de situation, mais pas surpris. C’est dans la droite ligne de ce qui s’est passé ailleurs, notamment au niveau de la confédération à Paris."

Le 23 juin, le siège de la CFDT, dans le 19e arrondissement parisien, avait déjà été vandalisé. Plusieurs heures après le défilé contre la loi Travail autorisé ce jour-là, autour de la Bastille, une centaine de personnes avaient rejoint le quartier de Belleville et brisé les vitrines du syndicat, favorable à la réforme du Code du travail.

A Bordeaux, l’incendie est survenu alors qu’une grève des éboueurs de l’agglomération est en cours. Ce mouvement, à l’appel de plusieurs syndicats, dont la CFDT, a provoqué des entassements massifs de poubelles et d’ordures dans le centre-ville.