" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Vincennes (Ile de France) : beau comme un centre de rétention qui recommence à flamber
Article mis en ligne le 1er juillet 2016
Imprimer

Des détenus provoquent un incendie au centre de rétention de Vincennes

Le Parisien | 01 juillet 2016, 14h22

Emeute et incendie... La nuit a été agitée au CRA (centre de rétention administrative) de Vincennes. Ce vendredi, à cinq heures du matin, des détenus - on les appelle des retenus car ils ne sont pas en garde à vue et en cellule, ont mis le feu à des matelas. L’incendie s’est propagé, nécessitant l’intervention d’un important dispositif de police et des pompiers de Paris et l’évacuation des occupants. Le feu a été circonscrit rapidement. Ce vendredi matin, des membres du cabinet du préfet de police se sont rendus sur place, le sujet étant sensible...

Le CRA, installé en lisière du bois de Vincennes, côté Paris, accueille « ou plutôt entasse dans des conditions matérielles précaires », dénonce l’Assouevam (Association De Soutien Aux Etrangers Du Val De Marne), plus d’une centaine de femmes et d’hommes sans papiers, sous la menace d’une expulsion.

C’est la reconduite à la frontière d’« un détenu algérien dans son pays d’origine », détaille une source policière, qui a provoqué l’émeute. « Lorsque les forces de l’ordre ont débarqué à 5 heures du matin pour l’emmener à l’aéroport, ses camarades ont voulu s’opposer à son départ. Ils ont tapé contre les grilles et mis le feu aux matelas des chambres. Certains ont utilisé la table de ping pong comme projectile contre les forces de l’ordre ».

Il n’y pas eu de blessés ni d’évasion. Mais les chambres de deux des bâtiments, 260m2 au total, ont été ravagées par les flammes et sont désormais inutilisables. Des caméras de vidéo surveillance ont été détruites. L’électricité est hors service. Des retenus devraient être transférés. Ce n’est pas la première fois que des incidents de ce type, rebellion et incendie, éclatent au CRA de Vincennes.