" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Besançon (Doubs) : Bis repetita à la CCI
Article mis en ligne le 7 juillet 2016
Imprimer

Besançon : Bis repetita à la CCI

Indymedia Nantes, jeudi 7 juillet 2016

En cette période estivale à Besançon, il semblerait que certain-e-s n’entendent pas laisser le monopole de l’usage de la peinture aux hipsters de Bien Urbain, qui bénéficient des murs "sales" et zones d’expressions rebelles et sauvages de la ville pour les repeindre à leur guise et rendre cette ville un peu plus attractive pour les vautours du commerce et de l’immobilier, les bobos qui nous envahissent, ainsi que tout citoyen rageux de voir des vandales pourrir leur petit espace propret et s’en prendre à la propriété. Mais revenons-en aux faits.

La CCI a été une nouvelle fois attaquée avec des boules de peinture. C’est la deuxième fois qu’elle se fait repeindre. La première, c’était courant avril. Mais cette fois-ci, les tâches se font plus nombreuses et sur l’ensemble de la façade, même s’il n’y a pas de message et apparemment aucune vitre brisée. C’est tout de même toujours plaisant de voir les locaux d’une institution qui exploite et considère l’humain comme une marchandise se faire souiller.

C’est ballot, leur façade venait tout juste d’être nettoyée...