" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Ronchamp (Haute-Saône) : saboter l’industrie du tourisme
Article mis en ligne le 20 juillet 2016
Imprimer

Ronchamp : cinq vitrines brisées à la masse

Est Républicain, 20/07/2016 à 16:53

Acte de déséquilibré ou colère froide ? Dans la nuit de mardi à mercredi, cinq établissements du centre de Ronchamp ont été attaqués à la masse. Une pharmacie, l’office de tourisme, une agence bancaire et deux commerces ont été pris pour cible. « C’est une plaie supplémentaire. On essaye déjà d’habiller les vitrines vides. On est en pleine saison touristique. C’est en plus dans le quartier au pied de la chapelle » déplore Benoït Cornu, qui entendait hier rencontrer les victimes de ces actes « pour voir comment les aider rapidement ». Il notait aussi que la plupart des dégradations avaient été commises dans le secteur le plus dynamique de la cité minière.

Hier à Ronchamp certains se demandaient si cette équipée sauvage pouvait être le contrecoup de la mise en lumière de la ville, qui vient de voir dimanche dernier la chapelle Notre-Dame-du-Haut [construite par Le Corbusier] inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.

« A priori, ce n’est pas lié à cette labellisation » répondait le magistrat de permanence, au parquet de Vesoul, qui ne souhaitait pas donner d’avantage de précisions sur les motivations de ces actes, au stade des investigations.

Ce qui est acquis, c’est que les forces de l’ordre ont interpellé un homme, après ces diverses dégradations. Hier, le représentant du parquet ne livrait aucune information complémentaire quant au suspect.