" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

La Duchère (Lyon) : "Je n’aime pas être filmé"
Article mis en ligne le 1er août 2016
Imprimer

La Duchère : 6 mois de prison pour la dégradation d’une caméra de vidéosurveillance

mlyon, 30/07/2016 à 13h26

Déjà condamné à trois reprises pour divers actes de vandalisme, un jeune majeur a écopé de six mois de prison dont un avec sursis pour avoir détruit une caméra de vidéosurveillance.

"Je n’aime pas être filmé". Voilà la défense de l’accusé, qui est repéré par la police comme l’un des principaux éléments perturbateurs du quartier de la Duchère. Après de nombreuses dégradations et autres vols, les riverains sont fatigués. Dernier méfait en date : le démolissage d’une caméra à l’aide d’une barre de toit.

Trois jours auparavant, le jeune majeur s’en était déjà pris au camion censé installer le système de vidéosurveillance en crevant ses quatre pneus. Le tribunal a condamné l’accusé à six mois de prison dont un avec sursis ainsi qu’une mise à l’épreuve avec maintien en détention.