" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Mons (Belgique) : sus à la technologie
Article mis en ligne le 7 août 2016
Imprimer

Mons : les panneaux numériques installés aux abords de la gare ont été vandalisés

La Province, Samedi 6 Août 2016 à 17h40

Dans le cadre de Mons2015, la société Eurogare a installé trois panneaux numériques dans la gare provisoire et à ses abords. Grâce à ces outils, les voyageurs peuvent voir en réalité augmentée la gare Calatrava terminée s’inscrire sur l’horizon montois. Ou devrait-on plutôt dire « pouvaient ». Car en effet, deux de ces panneaux ont été saccagés...

Le premier panneau, qui se trouvait au niveau de la passerelle provisoire, a été vandalisé dans le courant de l’année 2015. Les câbles ont été sectionnés et les attaches enlevées. Et tout récemment, c’est le panneau qui trônait sur la place Léopold qui a subi un sort similaire.

Il y a quelques jours, il a été retrouvé par terre, complètement renversé. Il ne reste donc plus qu’un seul dispositif de ce type sur la passerelle provisoire. « Un tel acte de vandalisme est toujours extrêmement déplaisant. Hélas, quand on place des objets dans l’espace public, on s’expose inévitablement à ce genre de méfaits, » a indiqué la porte-parole d’Eurogare Martine Doutreleau. « Quoi qu’il en soit, ces panneaux étaient de toute façon destinés à être enlevés rapidement. Ces outils étaient vraiment intéressants car il suffisait d’installer une application sur son smartphone, et en visant les panneaux, on pouvait ainsi visualiser la gare et prendre une photo. C’est pourquoi nous les avions laissés perdurer. Néanmoins, ces dispositifs avaient été réalisés dans le cadre de Mons2015. Il reste un panneau sur la passerelle mais celui-ci porte encore la mention ‘2015’, c’est embêtant. »

Le panneau de la place Léopold, qui était alimenté en électricité via un panneau solaire, vient d’être enlevé.

Le slogan de Mons 2015 était, pour rappel, « quand la culture rencontre la technologie. » Voilà le sort réservé par ces voyous à la technologie. Et pour ce qui est de la culture, manifestement, elle leur fait défaut…