" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Besançon (Doubs) : dégageons la Fraternité Saint-Pie X !
Article mis en ligne le 17 août 2016
Imprimer

Dégageons la FSSPX !

Indy Nantes, 17 août 2016

Les cathos intégristes ont à ce jour une nouvelle chapelle dans le centre-ville de Besançon, sur laquelle certains « blasphémateurs » ont déjà laissé leurs messages antithéistes et antifascistes au mois de juillet.

Mais c’est à l’adresse du 14, rue Lyautey dans le quartier St-Claude que l’organisation catholique intégriste FSSPX est implantée depuis des années. Et c’est précisément à cet endroit que nous leur avons rendu visite dimanche 15 août au petit matin : les mots « Ni à Sarrail ni ici » et le symbole anarchaféministe ont été tagués sur la porte principale et les murs de la chapelle. La serrure de leur boîte aux lettres a également été bouchée à la colle.

Les membres de cette organisation se sont illustrés dans le passé pour avoir aidé une sous-merde collabo du régime nazi, Paul Touvier, à se planquer pendant plus de 35 ans. Un de ses évêques, Richard Williamson, s’est aussi illustré par une sortie antisémite et négationniste à la télévision suédoise en novembre 2008. Aujourd’hui, ces nostalgiques de Pétain harcèlent les femmes qui cherchent à avorter, s’opposent farouchement à la liberté sexuelle et au libre-choix des individu.e.s, mènent des opérations commados contre le personnel médical qui pratiquent les avortements, encouragent et cautionnent les agressions racistes, sexistes et homophobes de par leur idéologie.

Pas de place pour ces réacs qui veulent nous imposer leur ordre moral nauséabond