" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Paris : rentrée contre le travail
Article mis en ligne le 2 septembre 2016
Imprimer

Rentrée contre le travail

Indy Nantes, 2 septembre 2016

"Il n’y a donc pas de limite chez ces groupuscules d’ultra-gauche qui depuis des mois, cassent, saccagent, détruisent les locaux du Parti socialiste" ... et de Pôle Emploi.

Dans la nuit du lundi 29 au mardi 30 août les vitres du Pôle Emploi du 13ème, rue Daviel, ont été étoilées. Une voiture de la SNCF (collabo de la machine à expulser) a aussi eu une vitre cassée.

Il n’y a pas de hiérarchie entre les pratiques, et les attaques de nuit ou celles de jour au sein du cortège de tête, comme on l’a vu ces derniers mois, ont toutes autant de valeur, le but est d’élargir les pratiques de chacun.

Contre le travail, les exploiteurs, les collabos, et leur monde.

Des énervés du cortège de tête