" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Condat-Sur-Vienne (Limousin) : trois engins du constructeur de prisons et d’aéroport Vinci en fumée !
Article mis en ligne le 10 septembre 2016
Imprimer

[Pour rappel, Eurovia est une filiale du groupe de BTP Vinci, notamment responsable de la construction de prisons et du projet d’aéroport de Notre-dame-des-Landes]

900.000 euros de dégâts dans l’incendie de la carrière à Condat

Lepopulaire, 09/09/16 - 18h03

Jeudi, il n’y avait guère de doutes sur l’origine du sinistre qui s’est produit dans la nuit de mardi à mercredi, à la carrière de Chambon, à Condat-sur-Vienne.

Sur le site géré par Eurovia Vinci , notamment spécialisé dans la production de gravillons, l’origine volontaire de l’incendie semble maintenant privilégiée par les enquêteurs.

« Les résultats scientifiques de l’expert n’ont pas encore été communiqués. Mais les différents départs de feu sont assez parlants », explique-t-on du côté du parquet de Limoges.

Dans la nuit de mardi à mercredi plusieurs engins de chantiers (deux transporteurs et un chargeur) de la carrière, éloignés les uns des autres, avaient été dégradés par les flammes.

Les dégâts, se chiffreraient en centaines de milliers d’euros. « Environs 900.000 euros », indique le Parquet.

Contrairement aux précédents incendies sur les sites d’Eurovia, aucune revendication n’a pour le moment été formulée. La compagnie avait vu sept de ses véhicules brûler en janvier 2016, dix autres en juin 2015.


Plusieurs engins de chantier brûlés à la carrière de Chambon

Lepopulaire, 08/09/16 - 19h41

Les engins de chantiers, et certains murs portent encore les stigmates du sinistre. Dans la nuit de mardi à mercredi, peu après minuit, la carrière de Chambon, à Condat-sur-Vienne, a été victime d’un incendie.

Selon les pompiers, plusieurs départs de feu se seraient déclarés sur des engins de chantiers. Au moins trois véhicules auraient été endommagés, deux chargeurs et un camion benne. Les soldats du feu ont également dû maîtriser d’autres départs de feu aux conséquences moins importantes. Particularité constatée sur place, les foyers sont éloignés les uns des autres, pouvant laisser penser à une origine volontaire.

Mais du côté du Parquet, on ne souhaite pour le moment avancer aucune piste. « Il est encore trop tôt pour qualifier cet incendie de volontaire. Un technicien, venu spécialement de Toulouse doit livrer son expertise. Lui seul pourra nous dire l’origine précise de l’incendie », explique Xavier Pasturel, substitut du Procureur à Limoges.

Eurovia déjà touchée en janvier dernier

En attendant ses conclusions, une enquête a d’ores et déjà été confiée à la police judiciaire de Limoges. Le montant du dommage n’a pas à cette heure été communiqué, mais on parle déjà « de sommes très importantes » pour Eurovia Vinci*, exploitant de la carrière, notamment spécialisée dans la fabrication de gravillons.

Cet incident n’est pas sans rappeler celui survenu en janvier dernier à Limoges, au cours duquel sept camions Eurovia avaient été incendiés. L’acte avait alors été revendiqué par des militants zadistes. L’inscription « ZAD PARTOUT » avait notamment été retrouvée sur les lieux.

(*) Malgré nos appels, nous n’avons réussi à joindre l’entreprise victime du sinistre.