" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Metz (Lorraine) : l’immeuble du patronat à l’huile de vidange
Article mis en ligne le 15 septembre 2016
Imprimer

Metz : de l’huile de vidange sur l’immeuble du patronat

France Bleu Lorraine Nord mercredi 14 septembre 2016 à 17:21

La façade de l’immeuble qui abrite les organisations patronales à Metz a été aspergée d’huile de vidange, tôt mercredi matin, par des opposants à la Loi Travail. Le MEDEF indique qu’il va porter plainte.

Drôle de spectacle, mercredi matin, place Mazelle à Metz, sur la façade de l’immeuble qui abrite les organisations patronales : les murs, les portes et les fenêtres du MEDEF et de la CGPME ont été copieusement arrosé d’huile de vidange. Les dégâts s’étendent jusqu’au premier étage du bâtiment.

Un acte de vandalisme dont la motivation ne fait aucun doute puisqu’il s’accompagnait de inscription : "Abrogation de la loi El khomri, pour libérer l’entreprise, dégageons les patrons".

"Ce genre d’expression n’a pas lieu d’être dans une démocratie où le dialogue social se fait" commentait le délégué général du MEDEF de Moselle, Gérard Pacary, qui constate que ce n’est pas la première fois que ces locaux sont pris pour cible. Un plainte va être déposée, au vue de l’ampleur des dégradations. Selon la Police de Metz, quatre à cinq individus auraient été aperçu par un témoin.