" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Viry (Essonne) : faire chuter la vidéosurveillance à la camionnette-bélier
Article mis en ligne le 25 septembre 2016
Imprimer

Incendie sur la D445 à Viry, la vidéosurveillance ciblée

Essonneinfo, dimanche 25 septembre 2016 à 18:29

Ce samedi matin, sur la RD445 en face de la Grande Borne et devant la boulangerie « Le Fournil », ce serait « un groupe d’une vingtaine d’individus cagoulés » qui aurait lancé une camionnette sur un poteau où se se trouvait une caméra de vidéo surveillance. Des personnes « visiblement bien décidés à la détruire », communique la mairie.

Après une première tentative avec un camion dans la même matinée, vers 11 heures, les individus se sont emparés d’une camionnette en expulsant le conducteur. Puis ont effectué des marche-arrière dans le poteau jusqu’à ce qu’il tombe.

Les assaillants ont terminé en embrasant le véhicule utilitaire.

Cela montre toute l’efficacité de ces caméras […] puisqu’elles gênent manifestement les trafics et les activités délictueuses, explique Jean-Marie Vilain, le maire de la ville. Cette attaque nous renforce dans notre détermination et nous allons le plus rapidement possible réinstaller un dispositif de surveillance. »

La caméra avait été installée par la mairie de Viry en réponse aux dizaines d’attaques au feu rouge qui avaient eu lieu pendant l’année 2015. Après une période plus calme, deux vols à la portière utilisant les mêmes méthodes se sont produits récemment au même endroit.


À Viry-Châtillon, attaquer les caméras de surveillance au bélier devient une habitude

Le Parisien | 02 octobre 2016, 17h46 (extrait)

Les forces de l’ordre auront-elles rendez-vous chaque week-end au carrefour du Fournil de Viry-Châtillon ? La question se pose tant se suivent et se ressemblent les attaques à la voiture-bélier contre un poteau équipé de caméras qui scrutent cette partie très passante de la D 445. Samedi soir, comme la semaine précédente, un camion a de nouveau été volé à un feu tricolore tout proche avant d’être incendié au pied du mât. Les assaillants ont agi entre deux passages des policiers chargés de la surveillance des lieux depuis une semaine. Mais cette fois, le poteau remplacé vendredi matin n’a pas bougé d’un pouce grâce aux importantes protections qui l’entourent (lire encadré) et la caméra fonctionne toujours.

« Depuis qu’elle est installée, ils essayent de la détruire »

« C’est malheureux, mais pour les jeunes qui font cela, c’est un peu devenu un jeu », constate Sabrina, qui vit dans les environs depuis 26 ans. Elle ne serait pas non plus étonnée de voir de nouveau débouler ici des policiers et des pompiers, dans les jours ou les semaines à venir. Car pour certains habitants de la Grande Borne, le quartier populaire situé en face du fameux carrefour, une sombre routine s’est installée. « Il y a régulièrement des gens qui se font attaquer dans leur voiture, au feu rouge. Et puis il y a les trafics de drogues en tous genres », glisse Martine, une riveraine peu surprise par ce nouvel épisode. « Ce n’est pas idiot d’avoir mis une caméra à cet endroit. Depuis qu’elle est installée, ils essayent de la détruire. Elle doit sans doute gêner du monde et cela va continuer… »

Dans la cité et aux abords, quelques heures après ce nouvel incident, l’idée de loi des séries commence à trotter dans pas mal de têtes, notamment celle de Jean-Michel, qui passe souvent dans le secteur : « En rassemblant en un même lieu des populations pauvres, ils ont installé une poudrière. Ce n’est pas fini à mon avis, Si on ne fait rien, ils recommenceront. Il faut casser ce cycle de la violence », estime-t-il, avançant une solution radicale : « En fait, pour régler le problème, c’est toute la cité qu’il faudrait raser et faire autre chose… » (...)

Viry-Châtillon, dimanche matin. Suite à cette nouvelle attaque, d’imposants plots de béton ont été posés autour du mât de la caméra de vidéosurveillance.

Posés dimanche matin, sous une forte surveillance policière, des plots en béton pesant 800 kg sont venus renforcer la protection du mât équipé de caméras de nouveau visé samedi soir. « C’est la quatrième attaque que nous subissons depuis l’installation de la caméra en avril 2015 », compte Jean-Marie Vilain, maire (UDI) de Viry-Châtillon. En 18 mois, cet élément semble-t-il très mal vu des délinquants du secteur a en effet été la cible d’assauts répétés, avec plus ou moins de succès.

« La première fois, ils avaient utilisé un camion poubelle, mais ils avaient raté le mât », rappelle l’édile. Ils n’avaient pas eu plus de succès avec une tronçonneuse, volée quelques jours plus tôt sur un chantier de la cité voisine. La semaine passée en revanche, une attaque à la voiture-bélier était parvenue à faire vaciller le dispositif.