" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) : blocage du tramway et molotovs sur les flics
Article mis en ligne le 1er octobre 2016
Imprimer

Clermont-Ferrand : huit cocktails molotov lancés sur les forces de l’ordre

Le parisien | 26 septembre 2016, 14h16

Un guet-apens bien orchestré. Samedi soir, la police de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) a été la cible de cocktails molotov. La veille, les policiers avaient essuyé des jets de pierres et d’objets métalliques.

Samedi soir, peu après 21 heures, selon le récit de La Montagne, les pompiers sont appelés pour des poubelles en feu sur les voies du tramway, place des Droits de l’Homme, à Clermont-Ferrand, au niveau du terminus des Vergnes

Des policiers sont arrivés à leur suite. Et, rue du Château de Vergnes, ils ont été la cible de jets de projectiles. Huit cocktails molotov sont jetés dans leur direction et sur les quatre feux de containers déjà allumés. Des pierres sont également lancées.

Les enregistrements des caméras de vidéosurveillance installées le long des voies de tramway montreront qu’une dizaine de personnes s’étaient cachées dans des bosquets pour attendre les fonctionnaires de police.

Les policiers se sont élancés à l’assaut de leurs agresseurs. Deux jeunes, l’un mineur, l’autre de 18 ans, ont été interpellés. Le jeune majeur avait été placé la veille en garde à vue pour les jets de pierre.