" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Viry-Châtillon (Essonne) : les gardiens de caméra en mode Vigipirate aux molotovs
Article mis en ligne le 8 octobre 2016
Imprimer

Essonne : deux policiers gravement blessés par des cocktails Molotov dans le quartier de la Grande Borne

Franceinfo, 08/10/2016 | 18:12

Deux policiers ont été gravement blessés par des jets de cocktails Molotov, samedi 8 octobre, dans la cité de la Grande Borne, située sur les communes de Grigny et Viry-Châtillon (Essonne), indique une source policière à France 3. L’un des blessés est brûlé sur 30% de sa surface corporelle, selon la même source.

Deux patrouilles ont été prises pour cible par une quinzaine d’individus alors qu’elles montaient la garde près d’une caméra de vidéosurveillance récemment installée dans le secteur. Quatre fonctionnaires au total, qui se trouvaient à proximité de véhicules de la mission Vigipirate, ont été blessés dont deux "sérieusement".

"On les a attaqués par derrière, en cassant les vitres en balançant des cocktails Molotov à l’intérieur", raconte Jean-Marie Vilain, le maire de Viry-Châtillon, interrogé par France Bleu Paris. "Ceux qui ont réussi à sortir ont pris des jets de pierre et ont été blessés et on en a deux qu’on a empêché de sortir. Au bout d’un certain temps, les assaillants sont partis et ce sont leur collègues qui leurs ont sauvé la vie."

Une enquête ouverte pour tentative d’homicide

Ces violences sont survenues à un feu rouge qui a été longtemps le théâtre de vols à la portière avec violence. Depuis plus d’un an, la mairie tente de reprendre le territoire aux agresseurs à ce carrefour dit "du Fournil" – du nom de la boulangerie voisine – et y a dans ce but installé une caméra de vidéosurveillance, que les policiers attaqués étaient chargés de surveiller.

Le parquet d’Evry a ouvert une enquête en flagrance pour tentative d’homicide, a appris franceinfo, confirmant une information d’i-Télé. "On ne peut pas parler d’autre chose que de tentative d’assassinat sur des policiers, il n’y a pas d’autres mots", réagit encore Jean-Marie Vilain, le maire de Viry-Châtillon.

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur a condamné "des actes d’une extrême gravité". "Tout est mis en œuvre pour retrouver et interpeller les auteurs de ces actes intolérables", poursuit Bernard Cazeneuve dans ce texte.


Essonne : Des policiers qui surveillaient une caméra victimes d’une attaque au cocktail Molotov

AFP, 08.10.2016 à 18:50

Quatre policiers ont été blessés dont deux « sérieusement » par des cocktails Molotov ce samedi à Viry-Châtillon (Essonne). Les projectiles incendiaires ont été lancés dans la cité de la Grande Borne par une dizaine de personnes sur deux véhicules des gardiens de la paix.

Surveillance d’une caméra près d’un feu

« Un équipage, qui se trouvait dans un véhicule de police, était chargé de la surveillance d’une caméra vidéo près d’un feu rouge à Viry-Châtillon. Une dizaine d’individus s’en sont pris à eux avec des jets de cocktails Molotov. On a deux policiers sérieusement blessés », a indiqué à l’AFP une source policière.

Les policiers sérieusement blessés « souffrent d’importantes brûlures et ont été conduits dans un hôpital parisien », a ajouté la source policière.

D’autres gardiens de la paix arrivés en renfort dans une deuxième voiture « ont essuyé eux aussi des jets de cocktails Molotov », a poursuivi cette source. Ils ont été « légèrement blessés et très choqués, et évacués vers un centre hospitalier ».

Les faits se sont produits vers 15 h.

D’importants renforts policiers sur place

D’importants renforts policiers ont été envoyés sur place. A ce stade, aucune interpellation n’a été opérée, selon la source policière.

Ces violences sont survenues dans la cité de La Grande Borne, à un feu rouge qui a été longtemps le théâtre de vols à la portière avec violence. Depuis plus d’un an, la mairie tente de reprendre le territoire aux agresseurs à ce carrefour dit « du Fournil » - du nom de la boulangerie voisine - et y a dans ce but installé une caméra de vidéosurveillance, que les policiers attaqués étaient chargés de surveiller.

Cette caméra est toute neuve : la précédente avait en effet été détruite il y a deux semaines à l’aide d’une fourgonnette volée, utilisée comme voiture-bélier puis incendiée au cocktail Molotov. La scène, violente, s’était déroulée à l’heure du déjeuner, sous les yeux de nombreux passants.

Juste avant, les agresseurs, très déterminés, avaient tenté de braquer un poids lourd, déjà au cocktail Molotov, mais le chauffeur avait réussi à leur échapper.

Samedi dernier, une attaque avait eu lieu au même carrefour de Viry-Châtillon. Un camion volé avait brûlé mais sans endommager la caméra. Le lendemain, des blocs de béton ont été disposés autour du mât supportant la caméra.

« Des assassins »

« On a affaire à des assassins, mais nous travaillons de concert avec l’Etat. Cette attaque va accélérer les choses. La prochaine étape, c’est d’aller à l’intérieur de la Grande Borne pour faire cesser tous ces trafics car c’est bien ça que la caméra dérange », a déclaré à l’AFP le maire Jean-Marie Vilain (UDI).

De son côté, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a condamné « des actes d’une extrême gravité ».