" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Toulouse : la façade refaite du bar qui fait de la pub pour l’armée
Article mis en ligne le 6 octobre 2016
Imprimer

[Sabotage] au Café des Artistes

IAATA, 6 octobre 2016

La semaine dernière on a voulu aller boire un coup entre potes à la terrasse du Café des Artistes à la Daurade (certes un bar de bobo-artistes-bourgeois.es).

Mais qu’elle fut notre surprise de nous retrouver accompagné de deux militaires à notre table (en fait sur notre table et sous forme de pub genre "rejoignez-nous").

Du coup, hier tard dans la nuit, on est revenu pour tricarder ce collabo de patron en lui posant une p’tite question sur sa devanture "Ta fé dla pub pr l’amée non ?", et on s’est permise d’égayer sa façade avec un peu de couleur.