" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Franches-Montagnes (Saint-Brais, Jura Suisse) : sabotage incendiaire du parc éolien
Article mis en ligne le 16 octobre 2016
Imprimer

Incendie de la station éolienne : un acte politique ?

ATS, 16.10.2016, 15h23

Canton du Jura. Un incendie a touché le parc éolien de St-Brais, aux Franches-Montagnes. Le feu a été bouté à la station électrique.

Les auteurs de l’incendie de vendredi soir dans le parc éolien de St-Brais, aux Franches-Montagnes, restent introuvables. Si pour l’exploitant ADEV, il s’agit d’un acte politique, la police ne peut encore rien affirmer. Les flammes n’ont pas fait de blessé, mais l’installation est hors d’usage pour plusieurs jours.

L’enquête suit son cours, il est trop tôt pour tirer des conclusions ou tisser des parallèles sur les motifs, a assuré dimanche un enquêteur de la police jurassienne. Mais il est manifeste qu’une intervention humaine délibérée est à l’origine du sinistre.

Hors d’usage

Le feu a été bouté à la station électrique dont la porte a été fracturée. Deux foyers ont été découverts, dont l’un s’est éteint de lui-même, ne provoquant que peu de dégâts. Une quinzaine de pompiers étaient parvenus à éteindre rapidement les flammes vendredi peu après 20h30. La station électrique n’en est pas moins hors d’usage.

« Le sinistre n’est pas vraiment impressionnant, mais l’intérieur de la station est carbonisé », a précisé l’enquêteur. Il faudra notamment remplacer des câbles d’un diamètre relativement important. La police devrait rencontrer sous peu les exploitants. A partir de là se fera une évaluation plus précise du temps nécessaire aux réparations.

Deux effractions ont été constatées, la première sur la porte de la station et la seconde sur celle permettant d’accéder à l’intérieur de l’une des deux éoliennes de ce parc. Les dégâts s’élèvent à plusieurs dizaines de milliers de francs.

Soutien en votation

Le parc éolien de St-Brais abrite les premières éoliennes construites dans le canton du Jura. En activité depuis fin 2009, il appartient à des privés réunis au sein d’une société coopérative sise à Liestal (BL), ADEV Windkraft. L’énergie produite est fournie à la Ville de Zurich, la seule cliente de l’installation.

Le projet avait reçu le soutien de la population en votation, plusieurs centaines de particuliers ayant même acheté des parts de la société. Il n’était toutefois pas incontesté, certains le jugeant trop proche d’habitations. Un second projet de parc éolien était prévu à St-Brais. Ses promoteurs y ont toutefois renoncé entretemps.

L’attaque commise à St-Brais est inhabituelle, a expliqué le président du conseil d’administration d’ADEV, le conseiller national Eric Nussbaumer (PS/BL). Pour lui, il ne s’agit pas de vandalisme mais d’un acte politique inacceptable, tel que la Suisse ne le connaît pas.