" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Chevrilles (Fribourg, Suisse) : sabotage du centre de rétention en construction [mis jour]
Article mis en ligne le 16 octobre 2016
Imprimer

En 2017, un nouveau camp fédéral pour migrants doit être inauguré à Chevrilles [Giffers, en suisse allémanique] dans le canton de Fribourg. Là-bas, les autorités veulent retenir des gens prisonniers afin de les reconduire à la frontière de façon inaperçue et rapide. Nous condamnons cette violence raciste qui va viser les personnes illégales à cet endroit. C’est pourquoi nous avons décidé de saboter cette infrastructure. Nous luttons contre la machine à expulser également dans l’arrière-pays.

Dans la nuit du dimanche 2 octobre, nous avons fracturé à la perceuse la serrure d’une porte de sortie en faisant deux trous et avons forcé l’accès du bâtiment. A chacun des sept étages, nous avons ouvert les conduites d’eau pour provoquer l’inondation. Les dégâts causés ont dû retarder les travaux en cours et faire gonfler la facture du sale boulot des autorités et des entreprises qui en profitent. Nous pensons que saboter les infrastructures, faire augmenter les dépenses et les coûts aux gestionnaires sont des moyens appropriés pour s’opposer au régime du droit d’asile.

Nous ne voulons pas l’améliorer, mais seulement nous en débarrasser. Nous considérons notre action comme une composante de la lutte visant à venir à bout de toute domination.

PS : à tou-te-s celles et ceux qui considèrent la migration comme un raz de marée dangereux. Procurez-vous des bottes en caoutchouc et de bon WC.

[Traduit par Lechatnoiremeutier de l’allemand de Indymedia Schweiz, 16.10.2016]


Appel à témoins après le sabotage du centre fédéral

20Minutes, 20.02.2017 12:15

La police fribourgeoise relance un appel à témoins pour trouver les auteurs de l’inondation, qui a causé des dégâts pour quelque 800’000 francs dans le futur centre de requérants à Chevrilles

La police cantonale offre une récompense de 5000 francs pour les témoignages pertinents qui permettraient de les identifier et de les arrêter, a-t-elle annoncé ce lundi dans un communiqué.

Des inconnus avaient provoqué l’inondation dans l’ancien institut de la Gouglera dans la nuit du dimanche 2 octobre. Les dégâts retardent l’ouverture du centre dans ce village singinois. Prévue courant 2017, elle ne devrait pas avoir lieu avant l’hiver prochain.

De la gauche autonome

L’enquête a montré que les auteurs du sabotage font partie des milieux de la gauche autonome, dit la police. Le site internet Indymedia avait publié un texte revendiquant cet acte comme une opposition au régime de l’asile en Suisse.

Le futur centre, destiné à accueillir environ 250 personnes, continue aussi de susciter des réticences pour des motifs inverses. Le mouvement IG Guglera a annoncé sur Facebook son intention de créer une sorte de groupe de protection civique, qui se veut « sans violence » mais qui serait joignable par téléphone au cas où des citoyens seraient importunés dans les environs.