" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Bressuire (Deux-Sèvres) : la mairie prise pour cible en solidarité
Article mis en ligne le 1er novembre 2016
Imprimer

Deux-Sèvres - Bressuire : L’hôtel de ville pris pour cible

La Nouvelle République, 01/11/2016 05:35

Dans la nuit de samedi à dimanche, l’hôtel de ville a été la cible d’actes de vandalisme. Des inscriptions telles que « Welcome refugees »(NDLR, « Bienvenue aux réfugiés » en français), « Soutien à Calais » et « ZAD partout » ont été réalisées à la peinture noire sur la façade, côté accueil du public et sur l’escalier devant la fontaine de l’esplanade. Un carreau d’une fenêtre au rez-de-chaussée a également été brisé.

Pas d’accueil digne possible

« Ces actes sont la preuve d’une grande lâcheté et j’ai toujours dit que c’était difficile d’avoir une concertation avec des anonymes », a réagi le maire, Jean-Michel Bernier. Une plainte a été déposée à la gendarmerie.

Ces actes interviennent en plein débat sur l’accueil des migrants de Calais. « Nous sommes en relation avec la préfecture mais, faute d’espace suffisant et disponible, nous ne pouvons pas accueillir dignement plus de migrants qu’à l’heure actuelle », a précisé Jean-Michel Bernier.