" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Haute-Vienne : La contestation des éoliennes prend une tournure mouvementée
Article mis en ligne le 7 novembre 2016
Imprimer

La contestation des éoliennes prend une tournure mouvementée en Haute-Vienne

France Bleu Limousin, 7 novembre 2016 à 16:19

Après des réunions ou des permanences d’informations perturbées par des opposants dans le nord de la Haute-Vienne, les sociétés de développement et des élus montent au créneau. Ils demandent aux pouvoirs publics de sécuriser les prochaines réunions.

Alors que le grand projet éolien Ostwind (24 éoliennes en Basse-Marche) a passé toutes les étapes et entre dans sa phase de construction, d’autres projets connaissent une opposition virulente.

A deux reprises ces derniers temps, en juillet dernier à Saint Sulpice les Feuilles et à Droux en septembre, des permanences d’information sur des projets de parc éoliens ont été perturbées, parfois violemment, par des opposants. Alors désormais, et même si le calendrier n’est pas encore défini, les sociétés qui portent ces projets et les élus demandent aux autorités de prévoir la présence de gendarmes lors des prochaines réunions.

"Une opposition de principe sans réel argument"

A la société Epuron, par exemple, Laure Loannem, chef de projet du dossier de parc éolien à Saint Sulpice les Feuilles (5 engins) n’accepte pas la manière dont des opposants ont interrompu sa permanence en juillet dernier dans les murs de la mairie et a porté plainte : cris, insultes, dégradations du matériel de la société et même bousculade à son encontre. Le maire de la commune lui-même dénonce ces agissements, d’autant plus qu’ils ont eu lieu dans la salle du conseil municipal.

Selon les sociétés éoliennes et les élus, les opposants qui agissent de la sorte ne sont même pas issus du territoire, ils circulent de réunion en réunion. "Une opposition de principe pour des gens à cours d’arguments, alors que nous jouons justement la carte de la transparence et de l’information" explique la société Epuron.