" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Châtenay-sur-Seine (Seine-et-Marne) : nik la mesure, sabotage d’un projet d’éoliennes industrielles
Article mis en ligne le 22 novembre 2016
Imprimer

Châtenay-sur-Seine. Le mât de mesure vandalisé

La république de Seine-et-Marne, 22/11/2016 à 11:59

La chute du mât de mesure de l’énergie éolienne, symbole du projet de création d’un parc éolien, sonnera-t-elle le glas de la discorde entre partisans et détracteurs ?

Le mât de mesure de la puissance du vent et de sa constance a été vandalisé, à Châtenay-sur-Seine, dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre.

Réseaux sociaux

Non, ce mât de 70 mètres n’est pas tombé à la suite d’une mauvaise installation, comme il est mentionné sur les réseaux sociaux. Il avait été mis en place depuis 1 an sur le site, par la société Neoen et sa verticalité ne laissait planer aucun doute sur sa qualité de montage.

Une partie des haubans qui le maintenait, a été volontairement désolidarisée. Dans sa chute, le mât s’est rompu en 2 parties, les capteurs d’énergie solaire pour son alimentation électrique, ainsi que les dynamomètres sont détruits.

Opposition

La société NEOEN louait cet équipement à une société spécialisée. Cette dernière déposera une plainte et une enquête sera ouverte. Cet acte de malveillance n’aura aucune conséquence sur la suite donnée aux études recueillies.

Le collectif des associations d’opposition à la création d’un parc éolien, poursuivront leurs actions légales. L’enquête publique aura lieu pour enregistrer les avis de chacun. Le droit de s’opposer à un projet est parfaitement légal.

Cependant la destruction du bien d’autrui est un délit. Cette situation serait-elle le choc en retour d’un débat qui n’a jamais eu lieu ? Un constat s’impose : seules les voix des opposants au projet de création d’un parc éolien se sont fait entendre lors des réunions publiques.